En ce moment
 

Bangladesh: pas d'essence pour les motard sans casques

Bangladesh: pas d'essence pour les motard sans casques
Une intersection à Dacca, le 23 juillet 2017Munir UZ ZAMAN

Les motards non équipés de casques dans la capitale du Bangladesh sont désormais interdits de faire le plein aux stations-service, a décrété la police locale dans le but de renforcer la sécurité routière suite à des manifestations massives.

"Les stations-essence ont déjà reçu l'ordre de ne pas vendre de carburant à tout motard ne portant pas de casque", a déclaré mardi le chef de la police de Dacca, Asaduzzaman Mia.

Les autorités de la mégapole d'environ 20 millions d'habitants ont également limité à deux le nombre de personnes autorisées sur une moto et stipulé que même le passager arrière devait porter un casque, ce qui est rarement le cas.

Début août, des dizaines de milliers d'étudiants, protestant après la mort de deux jeunes percutés par un bus qui roulait trop vite, ont paralysé plusieurs villes du pays dont Dacca. Les observateurs y ont aussi vu une expression de colère contre le régime de la Première ministre Sheikh Hasina.

Suite aux manifestations, violemment réprimées, le gouvernement a approuvé une nouvelle loi sur les transports, prévoyant des sanctions plus lourdes envers les contrevenants.

Les routes du Bangladesh sont particulièrement meurtrières. Elles coûtent la vie à 12.000 personnes par an dans cette nation de 160 millions d'habitants, selon une société privée recensant les accidents.

Durant les vacances de l'Aïd el-Adha fin août, 259 personnes sont ainsi mortes et 960 ont été blessées dans 237 accidents de la route en l'espace de 13 jours.

Vos commentaires