En ce moment
 

Basket: Bird et Taurasi, le tandem encore et toujours doré des Américaines

En battant les Australiennes 73 à 56 en finale du Mondial de basket dimanche à Tenerife (Espagne), les Américaines Sue Bird et Diana Taurasi ont ajouté une ligne de plus à un palmarès impressionnant, composé d'or olympique et mondial à profusion.

L'empire américain en basket féminin a encore étendu sa domination, en enchaînant un 51e succès consécutif en compétition internationale, pour s'offrir son troisième titre de rang en Coupe du monde.

Un empire où règnent deux impératrices: Bird et Taurasi. Des "figures iconiques de notre sport", pour la sélectionneuse américaine Dawn Staley, qui a remporté son premier titre mondial sur le banc américain.

Elles ont respectivement 37 ans et 36 ans, ont commencé leur carrière ensemble à l'Université du Connecticut, avant de voler chacune de leur propres ailes en franchise WNBA, à Phoenix (Arizona) pour Taurasi et à Seattle (Washington) pour Bird, se retrouvant toutefois lors de piges européennes pour gagner cinq fois l'Euroligue à Moscou et Ekaterinbourg.

Sous le maillot des États-Unis, elles ont presque tout remporté ensemble. Presque, puisque Bird était de l'aventure dorée au Mondial-2002, alors que Taurasi n'a rejoint la sélection qu'en 2004. Elles étaient également présentes pour la dernière défaite américaine en date, en demi-finale du Mondial-2006 au Brésil contre la Russie.

Leur palmarès a de quoi rivaliser avec Michael Phelps, le sportif le plus titré aux Jeux olympiques (28 médailles d'or) entre 2004 et 2016. Sur cette période, Bird et Taurasi ont également tout remporté, à la différence près qu'au basket, contrairement à la natation, on ne peut collectionner qu'un seul titre par édition des JO.

Elles ont ainsi construit leur carrière en parallèle, avec une trajectoire quasi identique couronnée de quatre titres olympiques, trois titres WNBA chacune, et désormais quatre titres mondiaux pour Bird et trois pour Taurasi.

- Vivier américain inépuisable -

Sur le terrain, l'arrière Taurasi se distingue par un jeu qui attire les projecteurs, à l'image de ses trois spectaculaires paniers primés en deux minutes en demi-finale contre la Belgique, ou d'un autre tir primé en fin de possession en finale contre l'Australie. La meneuse Bird brille de son côté plus par son efficacité.

"On est ensemble depuis si longtemps. C'est beaucoup de fun de voir ce qu'elle réalise. Je l'ai vu nous porter dans cette compétition", a commenté après la finale Sue Bird à propos de Taurasi.

Elles ont commencé sous les ordres de Geno Auriemma, lors des deux prestigieux titres universitaires remportés au début de années 2000 avec les Huskies du Connecticut. Et ont connu deux sacre olympiques (2012 et 2016) et mondiaux (2010 et 2014 avec lui).

Inséparables en sélection, les deux joueuses sont également proches en dehors des parquets. Toutes deux ont fait leur coming-out. Taurasi s'est mariée à l'été 2017 avec la basketteuse australienne Penny Taylor, alors que Bird a révélé sa relation avec la footballeuse américaine Megan Rapinoe.

Avec la quarantaine qui arrive, la fin de leur carrière semble approcher. Dans n'importe quel autre pays, le départ de telles mégastars inquièterait, mais pas aux Etats-Unis!

Dimanche, six des douze Américaines ont décroché leur premier titre mondial, un renouvellement du vivier qui fait la force des Américaines à en croire Dawn Staley.

Prochaine étape: le tournoi olympique de Tokyo, où Bird et Taurasi seront en quête d'une cinquième médaille d'or, sur cinq éditions différentes de JO. Un exploit rarissime dans l'histoire olympique.

"Qui n'aimerait pas jouer les Jeux ? Si votre pays vous appelle, vous y allez. Dans deux semaines, j'aurai 38 ans (le 16 octobre, NDLR). Beaucoup de choses peuvent se passer, mais si l'opportunité se présente je ne dirai pas non", a conclu Bird. Rendez-vous au Japon.

Vos commentaires