En ce moment
 

Basket: Cambage porte l'Australie en finale contre les invincibles Américaines

Basket: Cambage porte l'Australie en finale contre les invincibles Américaines
L'Australienne Liz Cambage (g) lors de la qualification en finale du Mondial le 29 septembre 2018 après avoir battu l'EspagneJAVIER SORIANO

Les invincibles basketteuses américaines affronteront les Australiennes, portées samedi soir par une exceptionnelle Liz Cambage en demi-finale contre l'Espagne, en finale du Championnat du monde à Tenerife (Espagne), dimanche.

La finale rêvée entre les hôtes championnes d'Europe et les Américaines n'aura donc pas lieu, en raison d'une performance incroyable de Liz Cambage, étincelante depuis le début du tournoi.

Samedi en demi-finale contre l'Espagne, vice-championne olympique et du monde en titre, Cambage a affolé les statistiques: 33 points, 15 rebonds, 2 passes décisives et 4 contres. Elle a été de loin la meilleure marqueuse d'un match remporté 72 à 66 par l'Australie.

Du haut de son double mètre (2,03 m), elle a défié pendant 40 minutes le public de Tenerife, entièrement acquis à la cause espagnole, en se frappant le torse ou en montrant le maillot des Opals à presque chacun de ses paniers.

L'Australienne de 27 ans connait un été exceptionnel, puisqu'elle a battu à la mi-juillet le record de points, 53, dans un match du championnat nord-américain WNBA avec les Dallas Wings.

Malgré un début de rencontre à sens unique et quinze points d'avance pour l'Australie après seulement quatre minutes de jeu (21-6), le match, rééquilibré par Alba Torrens côté espagnol, a tenu toutes ses promesses, Espagnoles et Australiennes se rendant coups pour coups.

Mais la cinquième faute personnelle de Astou Ndour est intervenue très tôt dans la rencontre pour la meilleure marqueuse espagnole (17 points), et a été fatale aux Ibériques.

Les Australiennes atteignent la finale du Mondial pour la première fois depuis 2006 et l'édition au Brésil. Elles retrouveront les États-Unis, qui n'ont plus perdu depuis ce tournoi en compétition internationale.

A l'époque, les États-Unis s'étaient inclinés en demi-finale contre la Russie, qui n'avait ensuite rien pu faire contre l'Australie en finale.

- Cinquante succès consécutifs -

Depuis, les Américaines ont enchaîné 50 victoires consécutives en compétition internationale, la dernière en date contre le Belgique (93-77), médaillée de bronze à l'Euro-2017 et véritable révélation pour son premier Championnat du monde.

Les Belges ont dans leur rang la pépite Emma Meesseman (25 ans), qui a mis 23 points contre les Américaines. Mais Dawn Staley, la sélectionneuse américaine, dispose de joueuses expérimentées comme Diana Taurasi, quadruple championne olympique (2004, 2008, 2012, 2016) et double championne du monde (2010, 2014).

Dans le troisième quart-temps, l'arrière de 36 ans a sorti trois paniers à trois points en moins de deux minutes pour permettre à ses coéquipières de faire céder des Belgians Cats qui s'accrochaient vaillamment. Elle a terminé la rencontre à 26 points, meilleure marqueuse américaine et MVP de la rencontre.

"La Belgique est une vraie bonne équipe et c'était un grand match. Lorsque vous voulez remporter la Coupe du monde, vous devez gagner ce genre de match. On a fait du bon travail. C'est bien d'avoir ce genre d'expérience avant d'aller jouer une finale. C'est une victoire importante", s'est réjouie la capitaine américaine, Sue Bird en conférence de presse.

Les Américaines, par un panier de Brittney Griner ont symboliquement passé la barre des 10.000 points en Coupe du monde. Elles viseront une troisième titre mondial consécutif pour asseoir encore un peu plus une domination sans partage.

Vos commentaires