En ce moment
 
 

Bonduelle: chiffre d'affaires 2018-2019 stable, objectifs confirmés

Bonduelle: chiffre d'affaires 2018-2019 stable, objectifs confirmés
Bonduelle a annoncé lundi avoir enregistré des ventes annuelles stables lors de son exercice décalé 2018-2019 et a confirmé ses objectifsPhilippe HUGUEN

Le groupe agroalimentaire Bonduelle a annoncé lundi avoir enregistré des ventes annuelles stables lors de son exercice décalé 2018-2019 et confirmé ses objectifs, tablant sur l'indemnisation d'un sinistre aux États-Unis qui a entraîné des coûts supplémentaires de 10 millions d'euros.

Le groupe français, qui cultive et conditionne près de 130.000 hectares de légumes dans le monde, a publié un chiffre d'affaires de 2,8 milliards d'euros, identique à celui de l'exercice précédent en données publiées. Il s'est replié, en revanche, de 1,5% en données comparables.

En Europe, qui représente près de la moitié de ses ventes, Bonduelle affiche une croissance de 0,7% en données publiées et de 0,8% en données comparables, malgré des marchés "peu dynamiques", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Hors Europe, le chiffre d’affaires se replie de 0,3% en données publiées et de 3,4% en données comparables, pénalisé par l'activité de produits frais en Amérique du Nord, en raison notamment de "la diversification d'approvisionnement d'un important client enregistrée dès le deuxième trimestre de l’exercice".

Dans les autres régions, l'exercice "a été marqué par un net retour à la croissance des activités du groupe Bonduelle en Eurasie et notamment en Russie", a-t-il ajouté.

Bonduelle a confirmé son objectif "de stabilité de sa rentabilité opérationnelle courante à changes constants pour l’exercice 2018-2019", après avoir intégré l'indemnisation d'un "sinistre contamination", en Amérique du Nord, de salades de variété romaine à la bactérie E. coli, qui "a entraîné un arrêt temporaire de production et de commercialisation des salades brutes et de tout produit élaboré incorporant cette variété".

"Bien que ne concernant pas les produits confectionnés et commercialisés par Bonduelle aux États-Unis et au Canada, cette communication a entraîné pour le groupe (...) une perte de marge et généré des coûts supplémentaires estimés à plus de 10 millions d’euros", a-t-il précisé.

Selon Bonduelle, les caractéristiques de ce sinistre doivent permettre son indemnisation "au titre de la police contamination souscrite auprès de la compagnie d’assurance HDI".

Or, cette compagnie a récemment informé Bonduelle "de son refus de prise en charge du sinistre", précise le groupe français. Selon lui, des discussions sont en cours et Bonduelle "se réserve tous moyens, y compris judiciaires, pour faire valoir son droit à indemnisation".

Vos commentaires