En ce moment
 
 

Brésil: Lula sera transféré dans une prison de Sao Paulo

Brésil: Lula sera transféré dans une prison de Sao Paulo
L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula Da Silva participe à une conférence de presse à Sao Paulo, le 13 juillet 2017Miguel SCHINCARIOL

L'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré depuis avril 2018 à Curitiba (sud) pour corruption, sera transféré vers une prison de Sao Paulo, a annoncé mercredi le tribunal chargé de l'application de sa peine.

Le tribunal n'a pas précisé dans quel établissement ni à quel moment l'ex-président (2003-2010) sera transféré.

Lula, 73 ans, purge une peine de 8 ans et 10 mois de prison au siège de la Police fédérale de Curitiba, dans une cellule censée ne recevoir des détenus qu'à titre provisoire.

Ses avocats ont affirmé à l'AFP que ce transfert n'avait pas été sollicité par la défense et ont demandé à ce qu'il bénéficie d'une cellule individuelle, comme c'est le cas actuellement.

La demande de transfert a été faite par la Police fédérale, pour qui maintenir le prisonnier le plus célèbre du pays dans son quartier général pose de nombreux problèmes de logistique.

Des dizaines de manifestants campent devant ces installations depuis l'arrivée de Lula, qui reçoit aussi fréquemment la visite de personnalités brésiliennes ou étrangères.

La juge Carolina Lebbos a affirmé dans sa décision, à laquelle l'AFP a eu accès, que le transfert avait pour but de "réduire les coûts humains et financiers, tout en offrant (à Lula) de meilleures conditions de socialisation".

C'est pourquoi elle a décidé de le transférer "dans un établissement consacré à l'exécution des peines, plus proche de son milieu social et familial".

Né dans le Pernambouc (nord-est), Lula est parti avec sa famille dans l'Etat Sao Paulo à l'âge de sept ans pour échapper à la misère.

C'est là qu'il a travaillé comme ouvrier et est devenu une figure montante de la gauche en tant que syndicaliste. La plupart de ses proches résident près de Sao Paulo.

Accusé d'avoir reçu un appartement en bord de mer de la part d'un groupe de travaux publics en échange de faveurs dans l'attribution de marchés publics, l'ex-président n'a cessé de clamer son innocence, se disant victime d'un complot pour l'empêcher de revenir au pouvoir.

En juin, le site d'investigation The Intercept Brasil a publié des échanges de messages qui mettent en doute l'impartialité des procureurs chargés du dossier Lula et du juge qui l'a condamné en première instance.

Le juge en question, Sergio Moro, figure de proue de la lutte anticorruption au Brésil, est actuellement ministre de la Justice du président d'extrême droite Jair Bolsonaro.

Ce dernier a remporté l'élection d'octobre, pour laquelle Lula était donné favori avant d'être déclaré inéligible trois mois avant le scrutin.

Vos commentaires