En ce moment
 

British Open: le "Tigre" rugit de nouveau, Spieth à 18 trous du doublé

Tiger Woods est de retour: après six ans et des blessures à répétition suivies d'opérations au dos, l'Américain aux 14 titres majeurs a brièvement mené dans une épreuve du Grand Chelem, au British Open, pour finalement prendre la 6e place, à quatre coups des leaders, ses compatriotes Jordan Spieth, tenant du titre, Xander Schauffele et Kevin Kisner, samedi après le 3e tour sur le parcours écossais de Carnoustie, de nouveau sous le soleil.

"Cela fait quelques années depuis que je ne me sens plus aussi bien. C'est certainement possible de gagner", a réagi le "Tigre" après avoir rendu l'une de ses meilleures cartes des dernières années (-5) grâce à six birdies dont trois d'affilée, contre un bogey.

"Vu ce qu'il s'est passé ces dernières années, je ne savais même pas si cela (être en mesure de gagner) pourrait se produire de nouveau. Mais là, j'ai une chance (de m'imposer) dans un Grand Chelem avant dimanche. Cela va être amusant", a ajouté l'ancien N.1 mondial, sans aucune victoire depuis cinq ans. Son dernier succès en Grand Chelem remontait à l'US Open 2008, soit deux ans après son 3e et dernier titre au British.

- "Me battre avec Tiger" -

Un monstrueux birdie de 9 à 10 m au 9e trou illustre parfaitement la forme retrouvée du champion aux 79 victoires sur le circuit américain: "J'ai vraiment bien joué aujourd'hui. J'ai le sentiment d'avoir le contrôle de la balle toute la journée avec, un prime, de longs putts réussis!"

Mais Woods, 42 ans, devrait produire dimanche son meilleur golf pour espérer coiffer sur le poteau ses jeunes compatriotes, au premier rang desquels Jordan Spieth, sacré l'an passé à l'Open après deux trophées majeurs conquis au Masters et à l'US Open lors d'une année 2015 très faste, avec aussi une deuxième place au Championnat PGA.

Samedi, Spieth a frappé les esprits d'entrée avec un eagle, suivi de quatre birdies, dont un au difficile par 5 du 14e trou, pour une belle carte de 65, soit 6 sous le par.

"J'ai toujours voulu me battre avec Tiger dans un Majeur. Qui d'ailleurs ne le souhaiterait pas? Je l'avais déjà fait à Augusta (site du Masters) dans ma tête", a réagi le tenant du trophée qui, en cas de succès final dimanche, rejoindra Padraig Harrington, seul avant lui à avoir conservé son titre britannique.

- McIlroy et les Européens en embuscade -

"Je peux certainement puiser dans toute mon expérience des tournois majeurs, bonne et mauvaise, pour tenter de gagner. Mais je sais fort bien que tout peut arriver à l'Open. Je ne suis pas du tout en avance sur moi-même, je suis juste en bonne position", a ajouté l'Américain de 24 ans.

Kisner, coleader la veille avec Zach Johnson, a été moins brillant que Spieth ou Woods samedi avec trois birdies. "J'ai réalisé ma meilleure journée dans l'approche du green de toute la semaine", a pourtant souligné celui qui avait mené le Championnat PGA 2017 avant de prendre la 7e place.

Avec quatre Américains en tête, il se pourrait que l'un d'eux s'impose en Grand Chelem pour la 6e fois consécutivement. Même si l'Italien Francesco Molinari, seul 5e à quatre coups du trio de tête, ou encore l'Anglais Tommy Fleetwood et le Nord-Irlandais Rory McIlroy, ex aequo avec Tiger Woods, espèrent faire briller les couleurs européennes.

"Nous verrons bien. Le vent, qui devra souffler (sur le parcours), pourrait nous donner un coup de main", a réagi Fleetwood, meilleure chance anglaise de soulever le Claret Jug pour la première fois depuis Nick Faldo en 1992.

Vos commentaires