En ce moment
 
 

Camion charnier: des familles vietnamiennes "anéanties" prient pour leurs proches disparus

La mère de Bui Thi Nhung prie devant un autel de fortune - une photo, quelques fruits en guise d'offrande et un bouquet de fleurs: comme beaucoup d'habitants de cette ville du centre du Vietnam, elle craint que sa fille disparue ne fasse partie des 39 morts découverts dans un camion frigorifique en Angleterre.

Une vingtaine de Vietnamiens pourraient figurer parmi les victimes, retrouvés mercredi dans une zone industrielle à l'est de Londres.

On soupçonne que plusieurs d'entre eux pourraient être originaires du centre du Vietnam, une région d'où de nombreux migrants partent à l'étranger dans l'espoir d'une vie meilleure.

Dans la ville de Nhung, l'argent envoyé à leurs proches par ces Vietnamiens expatriés est partout visible: motos et voitures, maisons rénovées et un salon de thé qui vient d'ouvrir dans la rue principale.

Il y a aussi une église où samedi les fidèles se pressaient pour prier pour les 39 victimes.

Dans un premier temps, la police britannique avait annoncé que les 31 hommes et 8 femmes étaient Chinois mais des doutes sont apparus et une porte-parole a souligné vendredi que le processus d'identification n'était pas achevé.

Plusieurs familles vivant dans le centre du Vietnam ont fait part de leur crainte que leurs enfants aient péri dans le camion, porteurs de faux passeports chinois.

Pham Thi Tra, 26 ans, avait envoyé un message au téléphone à sa mère expliquant qu'elle ne pouvait "plus respirer", qu'elle était "en train de mourir", a raconté son frère à l'AFP.

"Nous sommes très, très tristes et en plein désarroi", dit Bui Van Diep, qui redoute que sa soeur de 19 ans Nhung ne soit monté à bord du camion fatal.

Elle a quitté leur petit village de Phu Xuan, dans la province centrale de Nghe An, il y a deux mois environ et n'a jamais donné signe de vie depuis.

"Nous voulons vraiment avoir une confirmation pour savoir ce que ma soeur est devenue", explique-t-il.

Leur mère reste assise en pleurs devant l'autel improvisé, face à une photo de Nhung souriante, espérant des nouvelles de l'adolescente.

Normalement un tel autel est dédié aux défunts mais la famille de Nhung prie pour qu'elle soit encore vivante.

Dans ce village reculé de la province de Nghe An, une des plus pauvres du Vietnam, la plupart des habitants connaissent quelqu'un qui s'est exilé.

Beaucoup passent par la Russie ou par la Chine, avec de faux papiers. Ce périple dangereux peut leur coûter jusqu'à l'équivalent de 36.000 euros, une fortune au Vietnam où le revenu moyen ne dépasse pas 2.000 euros par an.

Ils cherchent souvent à rejoindre la Grande-Bretagne pour travailler dans des bars à ongles ou des fermes illégales de culture de cannabis, dans l'espoir de gagner de l'argent rapidement.

- 'Nous sommes anéantis' -

C'est ce qui a attiré Nguyen Dinh Tu, 27 ans, en Europe, où il espérait amasser assez d'argent pour rénover la maison familiale.

Il a quitté le Vietnam pour l'Allemagne l'an dernier et a payé les passeurs 6.400 dollars dans l'espoir d'arriver d'abord en Grande-Bretagne.

Mais sa famille craint qu'il n'ait pas survécu. "Nous sommes anéantis par cette nouvelle, notre souffrance est immense", déclare à l'AFP son frère Nguyen Van Tinh.

"Nous aimerions simplement que les autorités nous aident à ramener le corps de notre bien-aimé", ajoute-til.

Tu avait prévu de rejoindre son beau-père en Angleterre et, avant de monter dans le camion, lui a demandé de préparer la somme que réclamaient les passeurs.

Quand Tu n'est pas arrivé, son beau-père a téléphoné à sa famille au Vietnam pour leur dire qu'il était sans doute mort.

Comme celle de Nhung, sa famille prie devant un autel dédié au jeune homme, espérant un miracle.

Dans la province voisine de Ha Tinh, les proches de Pham Thi Tra My sont écrasés de douleur depuis qu'ils ont reçu l'ultime message de la jeune femme mercredi.

Ils pensent qu'elle l'a envoyé depuis le camion glacial, quelques heures avant de mourir par asphyxie.

"Maman, je suis désolée, disait-elle. Mon voyage vers l'étranger n'a pas réussi. Je t'aime tant! je suis en train de mourir parce que je ne peux plus respirer".

Vos commentaires