Canada et France veulent créer un groupe international sur l'intelligence artificielle

Canada et France veulent créer un groupe international sur l'intelligence artificielle
Le Premier ministre canadien Justin Trudeau accueille le Président français Emmanuel Macron à Ottawa au Canada, le 6 juin 2018LUDOVIC MARIN
INFORMATIQUE

Le Canada et la France ont appelé mercredi à la création d'un groupe international d'étude sur l'intelligence artificielle, "une révolution dont la portée se fait chaque jour davantage sentir", à l'occasion de la visite en sol canadien du président français Emmanuel Macron.

L'intelligence artificielle "influencera dans un futur proche l'ensemble des activités humaines, ouvrant des perspectives inédites en matière de bénéfices économiques et sociaux", notent les deux gouvernements dans une déclaration commune transmise à l'AFP.

Le Canada et la France souhaitent "promouvoir une vision de l'intelligence artificielle centrée sur l'humain et axée" entre autres sur "l'innovation et la croissance économique", souligne le texte.

"La généralisation de ces nouvelles technologies" va aussi "modifier profondément la vie quotidienne et l'évolution des sociétés", constatent les deux partenaires.

Ils espèrent que leur groupe devienne "la référence mondiale afin de comprendre et partager les résultats de la recherche sur les enjeux et les meilleures pratiques liés à l'intelligence artificielle".

L'objectif est réunir "des experts gouvernementaux" et "du monde scientifique, de l'industrie et de la société civile" pour "analyser, de façon indépendante, les informations d'ordre scientifique, technique et socio-économique nécessaires pour mieux comprendre les développements des techniques de l'intelligence artificielle et cerner les conséquences de leur utilisation".

Un comité de travail va être constitué et ce dernier pourra englober "d'autres parties intéressées" afin de proposer des recommandations sur "la portée, la gouvernance et la mise en œuvre de ce groupe", qui serait doté d'une "structure pérenne très légère".

Ce comité fera rapport d'ici la fin de l'année sur la mise en oeuvre du groupe. Ses résultats seront partagés dans le cadre du G7.

Vos commentaires