En ce moment
 

Canada: l'opposition conservatrice se déchire à un an des élections législatives fédérales

(Belga) L'ex-ministre des Affaires étrangères du Canada Maxime Bernier a claqué la porte jeudi du parti conservateur, qui forme l'opposition officielle au gouvernement de Justin Trudeau, et annoncé la création de sa propre formation politique, à un an des élections législatives fédérales.

Alors même que débutait à Halifax, le congrès annuel des conservateurs, M. Bernier a créé la surprise en convoquant une conférence de presse à Ottawa durant laquelle il a tenu un long discours sur ses divergences avec son ancien parti, dont il avait en vain brigué la présidence en 2017 face à Andrew Scheer. Il a notamment jugé que "ce parti est trop corrompu, intellectuellement et moralement, pour être réformé". Au cours des dernières semaines, ce Québécois de 55 ans avait eu maille à partir avec la direction du parti conservateur pour plusieurs déclarations jugées incendiaires sur l'immigration ou le commerce. En particulier, il avait accusé le "multiculturalisme extrême et le culte de la diversité de (Justin) Trudeau" d'affaiblir le Canada, voire de le détruire. "La balkanisation culturelle amène la méfiance, les conflits sociaux et potentiellement la violence comme on le voit partout", a-t-il déclaré le 12 août en appelant à "renverser cette tendance avant que la situation n'empire". Ultra-libéral convaincu, il avait également été rappelé à l'ordre par sa formation politique pour avoir souhaité la fin du régime douanier protectionniste dit de "gestion de l'offre" qui protège le secteur laitier canadien et que le président américain Donald Trump a dénoncé à de multiples reprises. "La gestion de l'offre est devenue l'un des principaux obstacles à un accord avec les Etats-Unis sur l'Aléna", accord de libre-échange que renégocient depuis un an Mexico, Ottawa et Washington, a répété jeudi M. Bernier. Au terme de son discours, il a appelé d'autres conservateurs à le rejoindre dans son regroupement politique intitulé "Club Mad Max". Le chef des conservateurs Andrew Scheer a immédiatement réagi en accusant M. Bernier de "suivre son ambition personnelle" quitte à "aider Justin Trudeau" et les Libéraux qui briguent un second mandat aux législatives d'octobre 2019. Climato-sceptique, M. Bernier a été ministre des Affaires étrangères en 2007-2008 avant de démissionner pour avoir oublié des documents confidentiels de l'Otan chez une petite amie proche du groupe de motards Hell's Angels. (Belga)

Vos commentaires