En ce moment
 
 

Canada: le conservateur Andrew Scheer acculé sur l'avortement et sa double nationalité

Canada: le conservateur Andrew Scheer acculé sur l'avortement et sa double nationalité
Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, s'adresse à la presse après un débat électoral télévisé à Montréal le 2 octobre 2019Sebastien ST-JEAN

Le principal rival du Premier ministre canadien sortant Justin Trudeau s'est retrouvé sur la défensive à deux reprises jeudi: il a d'abord reconnu être "personnellement" contre l'avortement, avant de révéler pour la première fois qu'il avait la double nationalité canadienne et américaine.

Sur la question de l'avortement, le chef des Conservateurs Andrew Scheer a reconnu publiquement pour la première fois depuis le début de la campagne qu'il était contre, après avoir obstinément refusé de le faire la veille lors d'un débat télévisé face à ses principaux adversaires.

"J'ai toujours été très clair sur cette question. Je suis personnellement pro-vie", s'est défendu Andrew Scheer, chef du Parti conservateur, lors d'un point-presse en marge d'une étape de campagne au Nouveau-Brunswick (est).

"J'ai toujours répondu honnêtement et ouvertement à la question depuis que j'ai été candidat pour la première fois en 2004", a affirmé M. Scheer, fervent catholique et père de cinq enfants. Il avait pourtant refusé à plusieurs reprises de répondre à la question mercredi soir lors d'un débat télévisé en français avec trois autres chefs, dont Justin Trudeau.

Relancé plusieurs fois par ses trois adversaires sur ce sujet, M. Scheer s'était borné à répéter qu'il n'allait "pas rouvrir ce débat" s'il devenait Premier ministre et qu'il voterait contre toute proposition de loi en ce sens.

Jeudi après-midi, M. Scheer, au coude-à-coude avec le candidat libéral dans les sondages à trois semaines des législatives, a ensuite confirmé une information du quotidien Globe and Mail révélant qu'il avait la double nationalité canadienne et américaine, cette dernière héritée de son père né aux Etats-Unis.

Un porte-parole du parti conservateur a affirmé que M. Scheer avait récemment enclenché le processus pour renoncer à sa citoyenneté américaine. Interrogé pour savoir pourquoi il ne l'avait jamais annoncé avant, il a simplement répondu que personne ne lui avait posé la question.

"Je n'ai jamais cherché à le cacher", s'est-il défendu lors d'un point-presse. "Je n'ai jamais été interrogé à ce sujet par les Canadiens".

Par le passé, rappelle Radio Canada, les conservateurs avaient attaqué plusieurs dirigeants du Nouveau parti démocratique (gauche) ou du parti libéral à cause de leur double citoyenneté.

Andrew Scheer lui-même avait critiqué sur son blog en 2005 la double nationalité franco-canadienne de l'ancienne Gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, soulignent plusieurs médias.

Les Libéraux de Justin Trudeau ont immédiatement sauté sur l'occasion pour accuser M. Scheer d'avoir été "fondamentalement malhonnête" avec les Canadiens.

M. Scheer a accusé à plusieurs reprises M. Trudeau d'avoir menti aux Canadiens, notamment après la publication de photos de jeunesse le montrant grimé de noir ("blackface") lors de soirées privées entre les années 1990 à 2001.

Depuis qu'il devenu chef du Parti conservateur en 2017, M. Scheer est régulièrement rattrapé par les positions tranchées qu'il a affichées dans le passé contre l'avortement ou le mariage homosexuel.

La plupart des commentateurs ont jugé jeudi que la prestation de M. Scheer lors du premier "débat des chefs" mercredi soir, avait été plutôt laborieuse, notamment sur la question de l'avortement. "Dure soirée pour Scheer", titrait jeudi le Journal de Montréal.

La Cour suprême du Canada a dépénalisé l'avortement en 1988, tandis que le mariage homosexuel a été légalisé au niveau fédéral en 2005.

Vos commentaires