En ce moment
 
 

Centrafrique: l'ONU confirme une opération militaire contre un groupe armé

(Belga) La Mission des Nations Unies en Centrafrique (Minusca) a commencé une opération militaire contre un groupe armé signataire d'un accord de paix avec Bangui mais qui ne "cesse d'accroître ses activités illégales", a confirmé l'ONU dans un communiqué.

L'opération, débutée jeudi, "vise à repousser le groupe 3R (Retour, Réclamation, Réhabilitation) dans les zones de déploiement qui lui ont été fixées" dans le cadre de l'accord de paix signé en février, précise la Minusca dans son communiqué daté de vendredi. Le groupe 3R avait affirmé jeudi avoir été bombardé par les forces de l'ONU à Koui, dans le nord-ouest du pays. Trois casques bleus sénégalais ont été tué vendredi à Bouar, dans l'ouest du pays, dans le crash de leur hélicoptère qui s'est écrasé de façon accidentelle, selon un communiqué de la Minusca publié vendredi. Des membres du personnel de la Minusca ont ensuite indiqué, sous couvert de l'anonymat, que l'appareil était engagé dans l'opération contre le groupe 3 R. Signé en février par 14 groupes armés et le gouvernement, l'accord de paix a pour ambition de mettre fin aux conflits qui déchirent le pays depuis 2013. Mais 46 civils ont été tués par des éléments des 3R en mai dans la région de Poua, dans le nord du pays. A ce jour, seuls trois auteurs présumés ont été livrés aux autorités. Le 23 août, le représentant des Nations unies en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, avait haussé le ton en menaçant de sanctionner "strictement" les violations de l'accord de paix. Le groupe 3R "ne se retire pas de l'accord", à en croire son porte-parole, le général Siwo, mais son chef, Sidiki Abass, a annoncé le 4 septembre sa démission de son poste de conseiller militaire auprès du gouvernement centrafricain qu'il occupait depuis l'accord. Malgré une relative accalmie depuis la signature de cet accord de paix, les violences contre les civils et entre groupes armés se poursuivent en Centrafrique. Le 14 septembre, deux groupes armés signataires se sont affrontés à Birao, dans l'extrême nord-est du pays. Quelque 13.000 personnes ont été déplacées par ces combats, qui ont causé la mort de 23 miliciens. Riche en ressources naturelles, la Centrafrique est déchirée depuis 2013 par une guerre qui a forcé près d'un quart de ses 4,7 millions d'habitants à fuir leur domicile. (Belga)

Vos commentaires