En ce moment
 
 

Charlottesville: un artiste symbolise l’unité raciale à l’intersection où Heather Heyer a été tuée

Charlottesville: un artiste symbolise l’unité raciale à l’intersection où Heather Heyer a été tuée
© CNN

Le 12 août 2017, James Fields, un sympathisant néo-nazi avait foncé en voiture dans une foule de manifestants antiracistes à Charlottesville, en Virginie, tuant une jeune femme de 32 ans, Heather Heyer, et faisant une trentaine de blessés.

En juillet, le sympathisant néonazi a écopé d'une seconde peine de prison à vie pour avoir lancé sa voiture sur des manifestants antiracistes. L'homme de 22 ans avait déjà été condamné à la perpétuité le 28 juin par un tribunal fédéral.

Le jour du drame, il était venu en voiture de l'Ohio pour participer à un rassemblement de groupuscules d'extrême droite radicale. Selon l'acte d'inculpation, il disposait de plusieurs comptes sur les réseaux sociaux, sur lesquels il exprimait son soutien au suprémacisme blanc et au Troisième Reich, prônant la violence contre les Noirs et les juifs.

Le drame avait choqué aux Etats-Unis et au-delà. Le président Donald Trump avait été critiqué pour avoir, dans un premier temps, semblé réticent à condamner clairement les militants extrémistes.

Selon l'observatoire des groupes extrémistes Southern Poverty Law Center, 81 personnes ont été tuées depuis 2014 aux Etats-Unis par des "individus influencés par la droite radicale", et l'année 2018 a été "la plus meurtrière", avec une quarantaine de victimes.

Deux ans après le drame, l'artiste Jake Van Yahres a dessiné des doigts entrelacés qui symbolisent l’unité raciale à l’intersection où Heather Heyer a été tuée. Ce dernier s'est dit gêné par les conversations qu'il a eues dans les mois qui ont suivi le drame. Quand il disait aux gens que Charlottesville était sa ville natale, les conversations s'arrêtaient. "Charlottesville n'est pas l'endroit haineux auquel il pourrait être associé", dit-il.

De retour en Virginie cette année, il a commencé à proposer des idées pour des œuvres qui allaient inverser le récit. "Cela fait environ un an que je regarde ce passage pour piétons en essayant de comprendre ce que je pourrais en faire en tant qu'artiste", a-t-il déclaré. "Comme si on pouvait faire passer le message d'une manière ou d'une autre". 


Vos commentaires