Chili: des députées de gauche ont déposé un projet de loi pour légaliser l'avortement

(Belga) Des députées chiliennes de gauche ont déposé mardi au Parlement un projet de loi légalisant l'avortement dans ce pays réputé conservateur, un an après l'autorisation de l'IVG thérapeutique ou en cas de viol uniquement.

Le sujet est brûlant en Amérique latine: malgré une forte mobilisation de la société, le Sénat argentin a rejeté le 9 août la légalisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG), alors que les députés l'avaient approuvée. Au Chili, le texte déposé entend légaliser l'avortement jusqu'à 14 semaines de grossesse. "Il n'est pas possible que les femmes soient emprisonnées pour avoir voulu avorter. Nous croyons à la maternité désirée", a déclaré à des journalistes Maite Orsini, députée du parti de la Révolution démocratique (gauche), qui arborait, aux côté des 11 autres parlementaires, le foulard vert, symbole des militant pro-IVG. Le débat législatif sur ce nouveau texte promet d'être serré: les deux chambres étant fragmentées entre plusieurs partis, les deux camps auront besoin de nouer des alliances. "Cela ne fait pas partie de notre programme; ce n'est pas une priorité pour nous, il y a des priorités plus importantes pour la population", a réagi le ministre de la Santé Oscar Santelices. En 2017, le Chili a mis fin à près de 30 ans d'interdiction totale de l'IVG, désormais autorisée dans trois cas précis: risque pour la vie de la mère, viol et non viabilité du foetus. Entre septembre 2017 et le 16 juillet 2018, 359 avortements ont été pratiqués dans le cadre de la nouvelle loi, selon le ministère de la Santé. (Belga)

Vos commentaires