En ce moment
 
 

Chine: la mère du bébé tombé dans les toilettes ne sera pas poursuivie (vidéo)

 
 

Un nouveau-né secouru vivant après être resté coincé plusieurs heures dans le conduit de latrines d'un immeuble en Chine où sa mère prétend avoir accouché naturellement, a été victime d'une chute "accidentelle", a affirmé mercredi la police. La mère ne sera pas poursuivie, a précisé la police.

L'affaire a suscité des réactions indignées chez des milliers de Chinois, sceptiques sur la thèse accidentelle et convaincus que la mère avait tenté de se débarrasser du nouveau-né en le noyant dans les toilettes. Les abandons de bébés ne sont pas rares en Chine, où s'applique de façon souvent brutale la politique de l'enfant unique. "Nos investigations ont conclu à un accident", a pourtant déclaré à l'AFP une fonctionnaire de police de la ville de Jinhua, dans la province orientale du Zhejiang. Elle n'a pas expliqué comment la mère aurait fait tomber le bébé dans le trou des latrines.

"Sa famille n'est pas encore passée"

Les nouvelles concernant la santé de l'enfant étaient par ailleurs rassurantes mercredi. Une sortie de l'hôpital est envisageable à court terme, a même annoncé Wu Xinhong, directeur de l'établissement de soins où le nouveau-né a été placé dans une couveuse. "Il se trouve dans un bon état général, mais sa famille n'est pas encore passée le chercher", a-t-il déclaré à l'AFP.
 
La mère du bébé, âgée de 22 ans et célibataire, avait caché sa grossesse à ses voisins, selon la police de Jinhua. Elle a donné le jour à son petit garçon samedi dernier dans les toilettes de cet immeuble d'habitation. Les pompiers ont dû scier le tuyau d'évacuation des latrines à la turque après que le bébé de 2,3 kg s'y est retrouvé coincé.
 
Les secouristes ont ensuite mis près d'une heure à sectionner le segment de ce conduit d'un diamètre de 10 cm, utilisant des scies et des pinces pour extraire le nouveau-né. La mère a subi des complications médicales résultant de son accouchement, selon la police. Les autorités n'ont pas retrouvé le père.

> VOS REACTIONS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK : « Pauvre petite chose...» (Isabelle)




 

Vos commentaires