En ce moment
 
 

Chine: les séparatistes seront "taillés en pièces"

Chine: les séparatistes seront

(Belga) Le président Xi Jinping a averti les partisans du "séparatisme" en Chine qu'ils seraient "taillés en pièces", dans un contexte de militantisme toujours actif pour l'indépendance du Tibet et de manifestations à Hong Kong.

Le chef d'Etat chinois s'exprimait durant une visite ce week-end au Népal voisin, selon des propos rapportés dimanche par le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué. "Quiconque se livre au séparatisme dans une quelconque partie de la Chine sera réduit à l'état de poussière et taillé en pièces", a déclaré Xi Jinping. "Toute force extérieure qui soutient la scission de la Chine (...) se berce d'illusions", a-t-il souligné lors d'une rencontre avec le Premier ministre népalais K.P. Sharma Oli. Ce dernier a indiqué à M. Xi que son pays, frontalier avec le Tibet (sud-ouest de la Chine), "ne permettrait à aucune force d'utiliser le territoire népalais afin de mener des activités séparatistes anti-chinoises", selon le communiqué de la diplomatie chinoise. Environ 20.000 Tibétains vivent au Népal. Mais sous pression de Pékin, l'actuel gouvernement communiste népalais adopte une position de fermeté contre leurs activités militantes dans le pays. Si Xi Jinping n'a mentionné aucune région dans ses propos sur le séparatisme, ses commentaires interviennent au moment où des manifestants, parfois violents, ont encore bataillé dimanche avec la police à Hong Kong. Cette région d'environ 1.100 km carrés, située au sud de l'immense territoire chinois, est une ex-colonie britannique rendue à la Chine en 1997. Elle jouit d'une large autonomie, de la liberté d'expression et d'un système judiciaire indépendant. Mais Hong Kong est perturbé depuis juin par des manifestants qui exigent davantage d'autonomie face à la mainmise jugée grandissante de Pékin. La Chine a accusé des pays étrangers, notamment les Etats-Unis, de jeter de l'huile sur le feu en faisant des déclarations d'encouragement aux protestataires. Pékin a agité la menace d'une intervention de l'armée pour rétablir l'ordre. Une telle option semble cependant pour l'instant improbable, car elle viendrait ébranler le statut de centre financier international de Hong Kong. (Belga)

Vos commentaires