En ce moment
 
 

Chirac: l'archevêque de Paris loue un "homme chaleureux", qui avait "un véritable amour des gens"

A découvrir

"Fracture sociale", "véritable amour des gens", conscience écologique et éthique: l'archevêque de Paris Mgr Michel Aupetit a salué lundi en Jacques Chirac "un homme chaleureux", lors de l'homélie en l'honneur de l'ex-président en l'église Saint-Sulpice.

"Le président Jacques Chirac (...) avait axé sa campagne de 1995 sur le thème de la fracture sociale, portant ainsi son regard sur ceux qui restent sur le bord de la route", a déclaré Michel Aupetit, lors de l'office solennel prononcé devant le président Emmanuel Macron et son épouse, un parterre de chefs d'Etat et de gouvernement étrangers et de nombreuses personnalités.

"Il y avait chez notre ancien président, cet homme chaleureux soutenu par son épouse Bernadette, un véritable amour des gens. Aussi à l'aise dans les salons de l'Élysée qu'au Salon de l’agriculture, beaucoup en le rencontrant se sentaient considérés", a-t-il poursuivi, mettant aussi en avant "son amour pour sa famille".

Devant le cercueil de l'ancien président, Mgr Aupetit a également rappelé que Jacques Chirac, avait dès "2002, lors du Sommet de la Terre, avant la prise de conscience écologique forte d’aujourd'hui, (...) dit : +Notre maison brûle et nous regardons ailleurs+".

"Lorsque la France pouvait être engagée dans une guerre injuste et dangereuse pour l'équilibre mondial, il a su librement se démarquer des pays amis qui voulaient entraîner notre patrie dans une aventure imprudente", a également déclaré M. Aupetit, en référence au refus de M. Chirac de participer à la guerre en Irak en 2003.

"Il avait vu la nécessité d'une conscience éthique", a par ailleurs souligné l'archevêque, citant une phrase de l'ex-président prononcée en 2001: "Face à l'importance des enjeux et à la rapidité des progrès, il est essentiel que les avancées de la science s'accompagnent partout d'une conscience démocratique et d'une réflexion politique et morale aussi large que possible".

Enfin, presque six mois après l'incendie qui a partiellement ravagé Notre-Dame de Paris, Mgr Aupetit a rappelé un autre propos tenu par M. Chirac dans la cathédrale lors de la visite du Pape Jean-Paul II: "C’est en ces lieux que la France sent le plus fortement battre son cœur".

"Les événements récents et dramatiques survenus à Notre-Dame nous ont montré combien cette intuition était vraie. Adieu et merci M. Chirac", a conclu l'archevêque.

Vos commentaires