Colombie: trois guérilleros de l'ELN tués, six blessés dans un bombardement

(Belga) Trois guérilleros de l'ELN ont été tués et six autres blessés en Colombie lors du bombardement par l'armée d'un campement de cette guérilla, la dernière du pays, ont annoncé jeudi des sources officielles.

L'offensive militaire a eu lieu lundi dans le secteur du fleuve San Juan, dans le département du Choco (nord-ouest), frontalier du Panama, a précisé à la presse le général Jorge Arturo Salgado, chef du Commandement conjoint des opérations spéciales des forces armées. Des communautés indigènes de la zone avaient dénoncé mardi, par la voix de l'Organisation nationale indigène de Colombie (Onic), les dégâts causés par cette offensive. L'Onic a affirmé qu'une mineure avait été blessée dans le bombardement. Mais le commandant des forces militaires, le général Alberto Mejia, a déclaré à des radios que cette jeune indigène avait été recrutée par les rebelles et a nié toute atteinte à la population civile. L'offensive a eu lieu le jour même où le président Juan Manuel Santos a gelé les pourparlers de paix menés avec la guérilla de l'Armée de libération nationale (ELN, guévariste), à la suite d'attentats contre la police, qui ont fait sept morts et des dizaines de blessés. Le chef de l'Etat, qui quittera le pouvoir en août après deux mandats de quatre ans, a ordonné alors aux forces de l'ordre d'agir "avec la plus grande détermination" contre les rebelles. M. Santos souhaite parvenir avec l'ELN à un accord similaire à celui signé en 2016 avec la puissante guérilla des Farc, aujourd'hui désarmée et transformée en parti politique. La Colombie est déchirée depuis plus d'un demi-siècle par le plus ancien conflit armé des Amériques, qui au fil des décennies a impliqué une trentaine de guérillas de gauche, des milices paramilitaires d'extrême-droite et les forces armées, faisant au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et environ 7,4 millions de déplacés internes. (Belga)

Vos commentaires