En ce moment
 

Commerce: Donald Trump prépare des mesures contre la Chine

Commerce: Donald Trump prépare des mesures contre la Chine
Le président américain Donald Trump lors d'une visite de la base aérienne de Miramar, le 13 mars 2018 à San Diego, en CalifornieMANDEL NGAN
Chine

Donald Trump va prochainement passer à l'offensive contre la Chine en taxant lourdement les importations en provenance de ce pays, accusé de dérober la propriété intellectuelle des entreprises américaines et de largement subventionner ses exportations.

Son conseiller en matière de politique commerciale, Peter Navarro, a confirmé jeudi que le président américain "aura dans les prochaines semaines sur son bureau" des "recommandations" en ce sens.

Elles sont actuellement élaborées par son représentant spécial au Commerce Robert Lighthizer qui avait ouvert en août 2017 une enquête au titre de l'article 301 de l'arsenal commercial américain sur les violations supposées de droits de propriété intellectuelle.

Washington s'inquiète notamment du système de coentreprises imposé par Pékin aux entreprises américaines: en contrepartie d'un accès au marché chinois, ces firmes sont obligées de partager avec des partenaires locaux une partie de leur savoir-faire technologique.

M. Trump, en guerre contre le déficit commercial qui détruit, selon lui, emplois et entreprises américaines, envisagerait d'imposer à Pékin des droits de douanes sur un volume d'importations équivalentes à 60 milliards de dollars, ont rapporté des médias américains.

D'autres évoquent moitié moins mais également des mesures de restriction contre les investissements chinois et les visas accordés aux étudiants, chercheurs et responsables d'entreprise.

En 2017, les importations de marchandises chinoises aux Etats-Unis se sont élevées à quelque 505 milliards de dollars et le déficit commercial (hors services) s'est établi à 375 milliards.

Les taxes envisagées viseraient en particulier les secteurs de la technologie et des télécommunications. Et une centaine de produits chinois seraient concernés, a par ailleurs indiqué à l'AFP une source proche des discussions.

Larry Kudlow, le tout nouveau conseiller économique de Trump désigné mercredi, a souligné juste après l'annonce de sa nomination que "la Chine ne respectait pas les règles depuis longtemps".

Un point de vue réitéré par M. Navarro qui a accusé jeudi sur la chaine de télévision CNBC Pékin "d'avoir enfreint toutes les règles" depuis son entrée dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2001 et d'avoir "déstabilisé le système du commerce mondial".

M. Kudlow a également évoqué une action concertée des Etats-Unis et d'autres pays en estimant que "les Etats-Unis pourraient mener une coalition contre la Chine regroupant de grands partenaires commerciaux et alliés".

Depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, son administration multiplie les mesures de rétorsion commerciale contre des produits chinois, qu'ils soient de base ou plus technologiques, comme les panneaux solaires.

- Hausses de prix -

La semaine dernière, le président a également promulgué des taxes de 25% sur les importations d'acier et de 10% sur les importations d'aluminium, exemptant toutefois provisoirement le Canada et le Mexique, ses partenaires au sein du traité de libre-échange nord-américain (Aléna) en cours de renégociation.

Ces taxes visent la Chine mais aussi des pays traditionnellement alliés des Etats-Unis comme ceux de l'Union européenne, le Brésil ou la Corée du Sud.

L'Union européenne a d'ailleurs menacé en retour de sanctionner des importations américaines et une réunion va avoir lieu la semaine prochaine entre Américains et Européens pour discuter de ces taxes, a-t-on appris jeudi auprès de la Commission européenne.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a répété jeudi que "l'histoire montre que les guerres commerciales ne sont dans l'intérêt de personne" mais que "si des évènements indésirables survenaient, la Chine a l'intention de préserver ses droits légitimes".

Des experts mettent aussi en garde sur les risques de hausses des prix qui pourraient frapper consommateurs et entreprises américaines en cas de guerre commerciale.

Des statistiques publiées jeudi ont ainsi montré que les prix à l'importation aux Etats-Unis avaient augmenté de 0,4% en février et de 3,5% sur un an.

"Nous nous attendons à ce que la progression des prix à l'importation pousse davantage à la hausse les prix à la production et à la consommation aux Etats-Unis. L'application de tarifs plus élevés ne fera qu'ajouter à ces pressions", a estimé jeudi Gregory Daco, chef économiste pour les Etats-Unis chez Oxford Economics.

Vos commentaires