En ce moment
 

Commerce: le fossé entre Chine et Etats-Unis s'est encore creusé

Commerce: le fossé entre Chine et Etats-Unis s'est encore creusé
Liens économiques Chine-Etats-UnisGal ROMA
Chine

L'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis, au coeur des frictions entre les deux pays, a encore gonflé en mai en dépit d'une accélération surprise des importations du géant asiatique, alors que plane le spectre d'une guerre douanière trans-pacifique.

Le déséquilibre des échanges entre les deux premières puissances économiques mondiales s'est aggravé le mois dernier, avec un bond de 11,7% sur un an du déficit américain avec la Chine, à 24,58 milliards de dollars, a annoncé vendredi l'Administration des douanes chinoises.

De quoi compliquer leurs pourparlers toujours dans l'impasse: ce fossé commercial abyssal, qui s'est creusé au niveau record de 375 milliards de dollars en 2017 selon Washington, est violemment dénoncé par le président Donald Trump, qui fustige les pratiques "déloyales" du régime communiste.

La Maison Blanche exige que Pékin réduise de 200 milliards le déficit commercial des Etats-Unis, sous peine de tarifs douaniers punitifs ciblant pour 50 milliards de dollars d'importations de produits chinois.

La Chine s'est refusée à consentir à un tel montant, mais a proposé d'acheter près de 70 milliards de dollars de biens américains supplémentaires à condition que l'administration Trump abandonne sa menace de sanctions, a confirmé mercredi le gouvernement américain.

Paradoxalement, l'excédent commercial chinois avec les Etats-Unis a continué de gonfler alors qu'il reculait nettement avec le reste du monde: l'excédent total du pays a fondu en mai à 24,9 milliards de dollars, contre quelque 28 milliards en avril... et très loin des 33 milliards attendus par les analystes.

Un résultat qui s'explique par la forte accélération, inattendue, des importations du géant asiatique, qui ont bondi de 26% sur un an en mai: très au-delà de la prévision des experts sondés par l'agence Bloomberg (+18%), comme de la performance d'avril (+21,5%).

- Robustesse manufacturière -

L'envolée des importations peut "s'expliquer par les incertitudes liées aux négociations commerciales", insiste Iris Pang, économiste d'ING.

"Les risques pesant sur les échanges s'intensifient, poussant les exportateurs chinois à accélérer leurs importations de composants" dont ils ont besoin pour leurs produits, explique-t-elle, citée par Bloomberg.

De fait, les importations chinoises de circuits électroniques intégrés --que Washington pourrait chercher à sanctionner ou restreindre-- ont bondi de 36% le mois dernier, selon Betty Wang, analyste de la banque ANZ.

Et celles de produits de haute technologie se sont également envolées (+23%), représentant 7,3 points de pourcentage de la croissance des importations totales, ajoute-t-elle.

De façon générale, l'ensemble du secteur manufacturier tient la corde, gonflant les achats chinois de minerai de fer et de charbon.

Pour Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics, c'est "le signe que le récent sursaut de l'activité industrielle, lié à la fin des restrictions anti-pollution hivernales, s'est prolongé en mai".

Les importations peuvent également toujours compter sur une demande intérieure solide, à l'heure où Pékin entend doper la consommation des ménages pour rééquilibrer son modèle économique.

- Incertitudes -

D'autant que la demande extérieure, poussée par la bonne santé économique de l'Union européenne et des Etats-Unis, principaux partenaires de la Chine, reste solide: les exportations chinoises ont grimpé de 12,6% en mai, un peu moins fort qu'en avril mais mieux qu'attendu (+11,1%). Elles ont bondi de 11,6% vers les seuls Etats-Unis.

Et les exportations chinoises d'articles de haute technologie ont grimpé de 17,7%, signe de la montée en gamme du commerce extérieur du pays.

Pour autant, "nous restons attentifs aux risques entourant les négociations commerciales", les Etats-Unis devant dévoiler d'ici mi-juin la liste de produits chinois soumis à des tarifs douaniers, insiste Mme Wang.

Dans un apparent geste de conciliation, Washington a néanmoins indiqué jeudi avoir trouvé un accord avec Pékin sur l'épineux dossier du géant chinois des télécoms ZTE, dont la survie est menacée par de lourdes sanctions américaines.

"Mais même si l'on évite une guerre commerciale, la croissance du commerce extérieur chinois devrait de toute manière ralentir, avec l'essoufflement de l'économie mondiale et de la demande intérieure chinoise", minée par le durcissement du crédit et la lutte contre l'endettement, prévient M. Evans-Pritchard.

Vos commentaires