En ce moment
 

Conflit au Yemen - Dix combattants progouvernementaux tués à Hodeida depuis la trêve

(Belga) Dix membres des forces progouvernementales yéménites ont été tués dans la province de Hodeida (ouest) depuis l'entrée en vigueur d'une trêve la semaine dernière, a affirmé mardi un responsable de la coalition militaire sous commandement saoudien qui soutient ces forces.

Ce responsable, qui s'exprimait auprès de l'AFP sous couvert d'anonymat, a accusé les rebelles Houthis de violer le fragile cessez-le-feu entré en vigueur à Hodeida, dans l'ouest du Yémen, le 18 décembre. "Malheureusement les Houthis tentent de provoquer une réponse de la coalition", a-t-il accusé, en donnant pour la première fois un bilan des morts du côté progouvernemental depuis le 18 décembre. Les rebelles qui contrôlent de vastes pans du Yémen, dont la capitale Sanaa et le port de Hodeida, et le camp progouvernemental se sont accusés mutuellement ces derniers jours d'avoir violé le cessez-le-feu mis en place après des pourparlers en Suède. Le responsable de la coalition a affirmé que celle-ci n'avait "pas effectué de raids aériens ni de tirs d'artillerie depuis le début du cessez-le-feu". Le chef des observateurs civils de l'ONU, le Néerlandais Patrick Cammaert, doit présider mercredi, selon l'ONU, la première réunion du comité mixte (rebelles-gouvernement) chargé de mettre en oeuvre la trêve mais aussi le retrait des combattants des ports de Hodeida, de Salif et de Ras Issa, dans la même province. Depuis son arrivée au Yémen samedi, M. Cammaert a appelé aussi bien les Houthis que le camp progouvernemental à respecter la trêve. Le responsable de la coalition sous commandement saoudien a affirmé que cette dernière "se réjouissait de soutenir les efforts" du chef des observateurs de l'ONU. Mais "s'il ne réussit pas, nous nous réservons le droit de relancer notre offensive pour libérer la ville" de Hodeida, a-t-il mis en garde. Les forces progouvernementales et la coalition avaient lancé en juin une offensive pour reprendre aux Houthis cette ville devenue un enjeu stratégique de la guerre au Yémen. Le conflit dans ce pays pauvre de la péninsule Arabique a fait au moins 10.000 morts depuis 2015 et provoqué la pire crise humanitaire du monde, selon les Nations unies. (Belga)

Vos commentaires