En ce moment
 

Conflit en Syrie - Affrontement russo-américain à l'ONU sur les armes chimiques

Conflit en Syrie - Affrontement russo-américain à l'ONU sur les armes chimiques
Russie, Syrie

(Belga) Les Etats-Unis et la Russie se sont vertement affrontés lundi à l'ONU à propos d'un texte d'inspiration américaine condamnant des attaques chimiques présumées du régime en Syrie, que Moscou a voulu amender sans pouvoir recueillir l'accord de Washington.

Ces attaques ont fait plusieurs dizaines de blessés, dont des enfants. Il y a des "preuves évidentes" pour confirmer le recours à du chlore dans ces attaques menées dans la Ghouta orientale, dans la banlieue de Damas, a souligné Nikki Haley, ambassadrice américaine aux Nations unies, lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie. "Nous avons des informations sur un recours au chlore par le régime du (président syrien Bachar al-)Assad contre son propre peuple à de maintes reprises au cours des dernières semaines et encore hier", a déploré la diplomate. Les Etats-Unis ont fait circuler auprès de leurs quatorze partenaires au Conseil un projet de déclaration condamnant le recours aux armes chimiques en Syrie. Selon des diplomates, Moscou a réclamé du temps avant une adoption, afin de faire des commentaires. "La Russie a retardé l'adoption de cette déclaration, une simple condamnation liée à des enfants syriens ayant du mal à respirer en raison de chlore", a dénoncé Nikki Haley. Son homologue russe Vassily Nebenzia a dénoncé une "campagne de propagande" visant à "accuser le gouvernement syrien" d'attaques dont "les auteurs ne sont pas identifiés". La Russie a proposé des amendements au texte afin qu'il ne fasse plus mention de la Ghouta et de s'assurer que les informations de presse ou sur les réseaux sociaux soient "vérifiées de manière crédible et professionnelle". Selon des diplomates, les Etats-Unis ont rejeté les amendements russes, ne laissant guère d'espoir à une approbation d'une condamnation. Le projet de texte américain obtenu par l'AFP soulignait que le Conseil de sécurité "condamnait dans les termes les plus forts une attaque présumée au chlore le 1er février à Douma, une ville de la Ghouta orientale dans la banlieue est de Damas, ayant blessé plus de 20 civils dont des enfants". (Belga)

Vos commentaires