En ce moment
 

Conflit en Syrie - Des centaines de postes à pourvoir dans les entreprises publiques

Syrie

(Belga) Les entreprises publiques syriennes vont employer des centaines de personnes dans les secteurs du gaz, de l'électricité et des infrastructures techniques, a annoncé vendredi un média officiel, le président Bachar al-Assad ayant récemment fait de la reconstruction du pays une "priorité".

La guerre qui ravage la Syrie depuis sept ans a dévasté l'économie et détruit ses infrastructures, et l'accès à l'eau et à l'électricité étant encore inégal. Mais alors que les combats s'achèvent dans de nombreuses régions, le régime et ses alliés semblent intensifier leurs efforts pour la reconstruction. Vendredi, la télévision d'Etat a annoncé que les entreprises publiques cherchaient à embaucher plus de 850 nouveaux employés. La principale vague de recrutement concerne la direction de l'agriculture à Hassaké (nord-est), qui cherche 209 nouveaux employés, a précisé la télévision. Le producteur de gaz naturel du pays, la Syrian Gas Company, embauche 175 personnes. Une centaine de postes sont également à pourvoir à la centrale hydroélectrique de Maharda, située dans la province centrale de Hama et théâtre de violents affrontements en 2016. Les autres postes comprennent des techniciens, du personnel médical et des travailleurs agricoles dans les provinces méridionales de Soueida et Deraa, où l'armée a récemment lancé une intense offensive militaire pour en chasser les rebelles. Le ministère de l'Information embauche également plus de 120 personnes. Nombre de ces postes sont situés dans des zones reprises par les troupes gouvernementales ces derniers mois, comme Deraa, ou dans des provinces où sont aussi présentes les forces kurdes rivales du régime, comme Hassaké et Deir Ezzor. La moitié des postes sont réservés aux blessés de guerre ou aux proches des personnes tuées dans le conflit. Début juillet, M. Assad a affirmé que la reconstruction de la Syrie était sa "première priorité". Le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011 a fait plus de 350.000 morts. La Banque mondiale a estimé le coût des pertes dues à la guerre à 226 milliards de dollars, soit l'équivalent de quatre fois le PIB d'avant la guerre. (Belga)

Vos commentaires