Conflit en Syrie - Des "combattants" évacués du fief rebelle dans la Ghouta, selon des médias d'Etat

Syrie

(Belga) Des "combattants" ont été évacués vendredi soir du fief rebelle dans la Ghouta orientale, ont rapporté l'agence officielle Sana et la télévision étatique syrienne, alors que ce bastion des insurgés aux portes de Damas est la cible d'une offensive du régime syrien.

Auparavant, le puissant groupe rebelle Jaich al-Islam, présent dans la Ghouta, avait annoncé qu'un "premier groupe" de djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, organisation dominée par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, allaient quitter le bastion, sans donner de chiffres précis. Les djihadistes seront évacués vers la province d'Idleb, la seule du pays à échapper entièrement au contrôle du régime dans le nord-ouest syrien, selon le groupe rebelle. La télévision étatique syrienne a filmé des combattants à bord d'un unique bus, sans préciser leur groupe d'affiliation, alors que le véhicule se trouvait au couloir d'Al-Wafidine, mis en place pour relier l'enclave rebelle à la périphérie de la capitale syrienne pour permettre les évacuations. Le correspondant de la télévision étatique a assuré que 13 combattants se trouvaient à bord du bus, alors que dans un bandeau la chaîne assurait qu'ils étaient accompagnés de leur famille. "Sortie d'un nombre de combattants de la Ghouta orientale, à travers le couloir d'Al-Wafidine", a indiqué de son côté l'agence Sana. Fin février, le Conseil de sécurité de l'ONU avait adopté une résolution réclamant un cessez-le-feu de 30 jours dans toute la Syrie. Cette trêve ne concernait pas toutefois les combats contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI), ou ceux d'Al-Qaïda. Après l'adoption de cette résolution, les principaux groupes rebelles dans la Ghouta, notamment Jaich al-Islam et Faylaq al-Rahmane, avaient annoncé qu'ils acceptaient d'"expulser" les djihadistes de l'ex-branche d'Al-Qaïda du fief rebelle. Jaich al-Islam a assuré vendredi soir que le premier groupe qui doit sortir est composé de djihadistes qui étaient "emprisonnés" par le groupe rebelle et qui ont demandé à être transférés vers Idleb. (Belga)

Vos commentaires