En ce moment
 
 

Conflit en Syrie - Erdogan menace d'une opération s'il n'obtient pas le contrôle de la "zone de sécurité"

Syrie

(Belga) Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé samedi de lancer une opération dans le nord-est de la Syrie si la Turquie n'obtenait pas le contrôle de la "zone de sécurité" dont la mise en place a fait l'objet d'un accord entre Ankara et Washington.

Un accord conclu le 7 août entre la Turquie et les Etats-Unis prévoit la mise en place d'une zone tampon entre la frontière turque et les zones syriennes contrôlées par la milice kurde appuyée par Washington des Unités de protection du peuple (YPG) à l'est du fleuve Euphrate. "Nous n'avons pas beaucoup de temps ou de patience concernant la zone de sécurité. D'ici quelques semaines, si nos soldats ne commencent pas à vraiment contrôler cette zone, il ne restera d'autre choix que de mettre en oeuvre nos propres plans opérationnels", a-t-il affirmé lors d'un discours à Istanbul. Le président turc a auparavant affirmé que le président américain Donald Trump avait promis que la "zone de sécurité" serait large de 32 kilomètres (20 miles). Un centre d'opérations conjointes, prévu par cet accord pour coordonner la création de la "zone de sécurité" a récemment été mis en place et des patrouilles communes devraient démarrer bientôt. L'accord avait permis d'éviter une opération turque contre les YPG qui semblait imminente. Cette milice est considérée par la Turquie comme une "organisation terroriste" en raison de ses liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène depuis 1984 une insurrection contre les autorités d'Ankara. Les Etats-unis collaborent étroitement avec les YPG dans la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI). Les contours de la "zone de sécurité" restent flous et aucun calendrier n'a été avancé pour sa mise en place. Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu a plusieurs fois mis en garde contre toute "manoeuvre dilatoire" de la part des Etats-Unis. Depuis 2016, la Turquie a lancé deux opérations transfrontalières contre les YPG et a plusieurs fois menacé d'en lancer une nouvelle. (Belga)

Vos commentaires