Conflit en Syrie - Russie, Iran et Turquie reviennent à Genève dans 3 semaines

Russie, Syrie

(Belga) L'émissaire de l'ONU sur la Syrie Staffan de Mistura veut à nouveau voir la Russie, l'Iran et la Turquie dans la discussion pour un Comité constitutionnel. Ces trois pays influents viendront à Genève les 11 et 12 septembre, a précisé vendredi l'ONU.

La directrice de l'information à l'ONU à Genève Alessandra Vellucci a affirmé devant la presse que des invitations avaient été envoyées, confirmant des informations de plusieurs médias. Cette réunion aura lieu alors que les Etats-Unis tentent de convaincre Moscou d'oeuvrer pour contraindre l'Iran de retirer ses troupes du territoire syrien. Mais jeudi à Genève, la réunion de suivi entre le conseiller à la sécurité nationale John Bolton et son homologue russe Nikolaï Patrouchev n'a pas abouti à un compromis formel. Les deux parties sont d'accord pour discuter d'"étapes" pour atteindre ce scénario, avait seulement affirmé le responsable américain. Une rencontre qui ne s'est pas terminée par une déclaration commune, en raison, selon Moscou, de la volonté américaine d'y ajouter une reconnaissance de l'ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016. De son côté, M. de Mistura tente d'avancer sur le front du Comité constitutionnel pour débloquer des pourparlers sur la Syrie qui n'ont pas provoqué d'amélioration malgré neuf séries de discussions. "Mené par les Syriens et facilité par l'ONU" La Russie, la Turquie et l'Iran qui avaient proposé à Sotchi ce mécanisme étaient déjà venues mi-juin à Genève. M. de Mistura avait alors reçu une liste d'une cinquantaine de noms de la part du gouvernement syrien. Depuis, l'opposition lui a soumis à son tour une mesure similaire. Le Comité constitutionnel devra être "détenu par les Syriens, mené par les Syriens et facilité par l'ONU", avait récemment estimé M. de Mistura. Il souhaite au moins 30% de femmes et la participation de spécialistes indépendants et de la société civile. En plus de sept ans, le conflit a fait plus de 350.000 victimes. (Belga)

Vos commentaires