En ce moment
 

Controverse autour d'un projet de construction de "nouvelle Hong Kong" en Chine

Controverse autour d'un projet de construction de
Vue de Hong Kong, le 22 octobre 2015PHILIPPE LOPEZ
Chine

Le gestionnaire des réseaux ferrés de Hong Kong, qui a aussi la casquette de promoteur immobilier, projette de construire dans le sud de la Chine des villes dortoirs pour résoudre la crise aiguë du logement dans l'ex-colonie britannique, a rapporté mardi la presse locale.

Ce projet suscite la controverse, ses opposants dénonçant la volonté de remiser les Hongkongais les plus pauvres dans des ghettos et une atteinte à l'autonomie du territoire revenu en 1997 dans le giron de la Chine.

Selon le journal South China Morning Post, la MTR Corporation a entamé des pourparlers avec son homologue chinoise pour étudier des zones du Sud de la Chine continentale où pourraient être construits ces résidences.

Les zones en question sont situées dans le district de Nansha et la ville de Foshan, dans la province chinoise de Guangdong, voisine de Hong Kong, qui est reliée à l'ex-colonie par le rail et où l'immobilier est beaucoup plus abordable.

Ce projet est annoncé au moment où Pékin étend son emprise sur la région semi-autonome et des personnalités de l'opposition l'accusent d'être un moyen supplémentaire de "continentaliser" Hong Kong.

Le mètre carré à Hong Kong est l'un des plus chers du monde. De nombreux habitants vivent dans de minuscules réduits pour un coût toujours plus élevé tandis que les petites entreprises ont du mal à survivre à des loyers exorbitants.

En 2017, l'écart des richesses était au plus haut depuis près de 50 ans, alimentant le mécontentement de la population.

Le gouvernement hongkongais est accusé de collusion avec les promoteurs immobiliers et de ne pas construire assez de logements sociaux.

La MTR construirait des résidences "avec une ambiance hongkongaise", explique le Post. Elles accueilleraient les retraités et les jeunes, seraient dotées de services de santé et de commerces et seraient situées près de liaisons ferroviaires à grande vitesse.

"C'est une nouvelle tentative +'d'intégrer et de continentaliser+ Hong Kong", a réagi Claudia Mo, députée démocrate, soulignant que la MTR était à majorité une compagnie publique.

"Le gouvernement abandonne-t-il son peuple en l'expulsant hors de Hong Kong", ironisait un commentateur sur le site du SCMP.

"Pourquoi Séoul ne construirait-il pas Séoul Ville en Corée du Nord?", ajoutait un autre.

Le patron de la MTR Frederick Ma propose également de relier par le rail les terminaux à conteneurs de Hong Kong, où divers groupes immobiliers ont proposé de construire des logements au dessus des ports.

Le gouvernement local se prépare à lancer une consultation publique sur 18 propositions controversées pour libérer de la place à Hong Kong afin d'y construire des logements, y compris sur des golfs et les abords des parcs naturels.

Vos commentaires