En ce moment
 
 

Corée du Sud: Moon presse la Corée du Nord de reprendre les négociations

Corée du Sud: Moon presse la Corée du Nord de reprendre les négociations
La président sud-coréen Moon Jae-in s'adresse à l'assemblée nationale le 22 octobre 2019 à SéoulJUNG YEON-JE

Le président sud-coréen Moon Jae-in a annoncé mardi au Parlement une hausse des dépenses militaires et a appelé la Corée du Nord à reprendre le dialogue, ce qui pourrait susciter la colère de Pyongyang.

Le dialogue entre les deux pays est au point mort depuis l'échec du sommet de Hanoï en février entre le président Américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Pyongyang a depuis condamné les exercices militaires annuels conjoints entre les forces américaines et sud-coréennes, qu'elle considère comme une répétition générale d'une invasion, ainsi que l'acquisition par Séoul d'avions de chasse américains.

On est donc loin des effusions de 2018, quand M. Moon avait profité des Jeux olympiques de Pyeongchang pour briser la glace et rencontrer trois fois le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

La Corée du Sud augmentera son budget consacré à la défense de 7% pour atteindre plus de 50 billions de won (37,66 milliards de dollars) l'an prochain, a déclaré M. Moon au Parlement, soulignant qu'"une défense forte" était essentielle à "l'autodétermination".

"Nous renforcerons le système de défense de base" en augmentant notamment le nombre de "sous-marins de la prochaine génération et les satellites de surveillance", a-t-il par ailleurs affirmé.

Cette annonce intervient un mois après que la Corée du Nord a affirmé avoir lancé un missile balistique depuis un sous-marin, dans le cadre d'"une nouvelle phase" de ses programmes d'armement.

Il s'agissait de l'acte de provocation le plus fort depuis le début de la détente avec les Etats-Unis en 2018.

Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies interdisent à Pyongyang de développer des missiles balistiques.

Début octobre, Pyongyang et Washington ont repris des discussions en Suède mais elles ont abouti à une impasse, la Corée du Nord accusant les Etats-Unis d'avoir fait échouer les consultations tandis que ces derniers affirmaient au contraire qu'elles avaient été "bonnes".

Pyongyang écarte actuellement toute relance des discussions inter-coréennes.

Mais M. Moon, un ardent partisan du dialogue avec Pyongyang, garde cependant espoir en dépit de multiples revers, affirmant que les pourparlers dans l'impasse étaient le "dernier obstacle" avant la dénucléarisation.

Un "avenir radieux" pour le Nord n'est possible que sur la base d'une "économie de paix" portée par des projets économiques inter-coréens, a-t-il lancé, exhortant "le Nord à réagir".

Vos commentaires