En ce moment
 

Côte d'Ivoire: sixième semaine de grève des enseignants, appel des étudiants à une marche

(Belga) Le syndicat des étudiants en Côte d'Ivoire a réclamé lundi "la libération" de professeurs d'universités écroués et appelé à une manifestation nationale mardi pour "la reprise des cours" interrompus depuis six semaines.

"Vu la rupture du dialogue annoncé entre les ministères de tutelle et les syndicats d'enseignants", la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (Fesci) demande la "libération des enseignants et étudiants incarcérés, pour faciliter le dénouement de la crise", souligne son secrétaire général, Fulgence Assi, dans un communiqué. Le syndicat, à l'origine de manifestations parfois violentes sur le campus d'Abidjan, a également appelé à "une marche pacifique sur toute l'étendue du territoire national mardi 26 février (...) pour réclamer la reprise des cours dans les établissements scolaires et du supérieur (université)". A Bouaké, la deuxième ville du pays, des dizaines d'enseignants grévistes du secondaire, réunis pour définir une stratégie, ont été bastonnés par "des individus en cagoules venus dans une voiture banalisée sans plaque d'immatriculation", rapporte un correspondant de l'AFP. "Ils ont brûlé onze de nos motos et en ont volé quatre parce qu'ils disent que le mot d'ordre de grève ne doit pas être appliqué dans la région", a déclaré à l'AFP, sous le sceau d'anonymat, un professeur de lycée qui accuse "des hommes politiques" d'être "derrière cette action de violence". "Nous enregistrons dans nos rangs plusieurs blessés dont quatre cas graves. Deux ont eu des membres fracturés et un a été admis au centre hospitalier et universitaire (CHU) de Bouaké", affirme encore l'enseignant. Vendredi, les fonctionnaires ivoiriens avaient exigé "la libération immédiate" de Johnson Zamina Kouassi, secrétaire général et porte-parole de la Coordination nationale des enseignants-chercheurs (Cnec), premier syndicat des professeurs d'universités publiques de Côte d'Ivoire, écroué depuis près d'une semaine pour "troubles à l'ordre public". La grève des professeurs de l'université Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan, la principale de Côte d'Ivoire, est entrée lundi dans sa sixième semaine. Ces grèves, qui touchent également les enseignants des écoles primaires et secondaires, paralysent tout le système éducatif du pays. Les grèves dans le secteur public sont récurrentes en Côte d'Ivoire depuis deux ans, malgré la signature en août 2017 d'une trêve sociale de cinq ans moyennant le paiement sur plusieurs années d'arriérés de salaires pour environ 130.000 fonctionnaires, soit 70% des effectifs de la fonction publique. str-ck/sd (Belga)

Vos commentaires