En ce moment
 
 

Crise au Soudan - Des peines de mort contre des rebelles annulées

(Belga) Les nouvelles autorités au Soudan ont annoncé jeudi avoir annulé des condamnations à mort contre huit rebelles de la région du Darfour, une mesure de "confiance" envers les groupes armés au moment où Khartoum cherche à mettre fin aux conflits dans le pays.

Le Soudan s'est doté en août d'un Conseil souverain devant superviser la transition vers un pouvoir civil, après trois décennies de régime autoritaire et des mois de manifestations. La majorité des gens concernés par la mesure annoncée jeudi sont des rebelles du Darfour, une région de l'ouest du Soudan dont les habitants se sont révoltés contre le régime de Omar el-Béchir, destitué en avril sous la pression conjuguée de la rue et des militaires. Les huit rebelles dont la peine de mort a été annulée sont issus de "l'Armée de libération du Soudan", un groupe rebelle dirigé par Abdel Wahid Nour, a indiqué dans un communiqué un membre du Conseil souverain, Mohamed Al-Faki. Il n'a pas précisé quand les huit rebelles avaient été condamnés ni sous quelles accusations. Selon ce responsable, le Conseil souverain a également ordonné la libération de 18 autres rebelles du Darfour, ainsi que trois membres d'un groupe armé qui avaient été arrêtés par le redouté Service national de renseignement et de sécurité soudanais (NISS), rebaptisé récemment sous un autre nom. Ces décisions "visent à établir la confiance avec les groupes armés" et ont été également "prises dans le cadre de ce qui a été accepté à Juba la semaine dernière", a dit M. Faki. Des représentants des rebelles du Darfour et des Etats du Kordofan-Sud (sud) et du Nil Bleu (sud-est) ont signé la semaine dernière à Juba un accord portant sur des "principes de pré-négociation" avec Khartoum. Pendant des années, des combats ont opposé des rebelles de ces provinces, qui dénonçaient notamment leur marginalisation par le pouvoir, aux forces gouvernementales. Des dizaines de milliers de personnes ont été tuées dans ces violences. Après des mois de manifestations populaires, le Soudan s'est engagé en août sur la voie d'une transition vers un régime civil, après la signature d'un accord entre les leaders de la contestation et les généraux au pouvoir, qui avaient succédé à M. Béchir. Le Conseil souverain a promis, entre autres, de mettre fin aux violences dans les trois Etats en proie aux rébellions ainsi qu'à la marginalisation dont elles souffrent. (Belga)

Vos commentaires