En ce moment
 
 

Crise au Venezuela - Nouvelles manifestations contre les pannes de courant

(Belga) Le son des casseroles a de nouveau résonné à travers Caracas dimanche pour protester contre les coupures de courant massives qui affectent le Venezuela depuis début mars.

"Encore une fois, une panne nationale affecte notre qualité de vie. On a pas d'eau, on a pas de lumière, on a pas internet ni téléphone, on est incommunicado. On en est arrivé au pire qu'on pouvait imaginer", a affirmé à l'AFP Joaquín Rodríguez, un avocat de 54 ans, lors d'une manifestation à Los Palos Grandes, un quartier de la capitale, faisant référence aux pannes intermittentes dans ce secteur depuis une semaine. Caracas et 20 Etats sur 23 ont été de nouveau plongés dans le noir vendredi soir, et de nombreuses régions sont restées sans courant samedi. Cette coupure, comme celles qui ont paralysé le pays du 7 au 14 mars, puis du 25 au 28 mars, prive les habitants d'approvisionnement en eau, de transports publics, de téléphone, d'internet. Dimanche, à Caracas, des manifestations spontanées se sont produites dans plusieurs endroits de la ville dont certaines réprimées par des groupes civils armés. "Il y a une forte répression de la part des +colectivos+ (hommes armés qui s'en prennent à l'opposition), la capuche sur la tête", a indiqué une habitante de Cotiza, un secteur populaire de Caracas où se sont produites des manifestations spontanées pour protester contre les pannes d'électricité. Mauricio Marcano, un commerçant de 30 ans descendu dans la rue avec des voisins pour protester, a également dénoncé la présence de ces groupes armés à Caracas, dont plusieurs rues étaient bloquées dimanche par la police afin de contenir les manifestants. De son côté, le gouvernement du président Nicolas Maduro a de nouveau accusé des forces extérieures de sabotage. "Le gouvernement bolivarien s'adresse au peuple vénézuélien et au monde pour dénoncer deux attaques infâmes et brutales qui étaient programmées et synchronisées contre le réseau électrique national pour empêcher de manière criminelle les immenses efforts du gouvernement révolutionnaire (..) pour rétablir le service électrique", a déclaré le ministre de la Communication Jorge Rodriguez selon des propos rapportés par la télévision publique. L'opposant Juan Guaido, reconnu comme président par interim par une cinquantaine de pays, avait appelé ses partisans à "transformer l'indignation en mobilisation". (Belga)

Vos commentaires