Crise des migrants - Migrants: investir intelligemment dans leurs pays d'origine, prône le pape

Italie

(Belga) Le pape François, qui a placé l'accueil des migrants en Europe au centre de ses préoccupations, a estimé jeudi qu'il était temps "d'investir intelligemment pour leur donner du travail et une éducation" dans leur pays d'origine, notamment en Afrique.

"Le problème des guerres est difficile à résoudre, le problème des persécutions des chrétiens aussi, au Moyen-Orient et au Nigéria", mais "le problème de la faim peut se résoudre", a-t-il jugé, au cours d'une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait d'un voyage à Genève. Le souverain pontife a ainsi appuyé une réflexion actuelle des gouvernements européens sur un plan d'investissement. "Dans l'inconscient collectif, il y a une idée mauvaise qu'on peut exploiter l'Afrique, toujours une terre d'esclaves", a-t-il déploré. "Cela doit changer avec des plans d'investissement, il faut les faire croître!", a-t-il plaidé, en vantant "la richesse culturelle de l'Afrique". Le pape a rappelé dans le même temps ses quatre critères pour l'accueil des migrants: "accueillir, accompagner, loger, intégrer", auquels il a ajouté cependant un bémol depuis environ dix-huit mois. "Chaque pays doit faire ceci avec la vertu gouvernementale qu'est la prudence, parce qu'un pays doit accueillir autant de réfugiés qu'il le peut, qu'il peut intégrer et éduquer", a-t-il noté. "Nous avons une onde de réfugiés qui fuient des guerres et la faim, guerre et faim dans tant de pays de l'Afrique, guerres et persécutions au Moyen-Orient", a-t-il résumé, en félicitant particulièrement l'Italie et la Grèce" qui ont été "extrêmement généreuses" pour accueillir, tout comme la Turquie ou le Liban. Le pape n'a toutefois fait aucune référence au gouvernement populiste au pouvoir en Italie depuis trois semaines et qui a déclaré la guerre aux bateaux des ONG transportant les migrants. (Belga)

Vos commentaires