En ce moment
 

Cyberattaques: Washington s'inquiète d'effets de contagion sur l'économie

Cyberattaques: Washington s'inquiète d'effets de contagion sur l'économie
Des cables connectés à un serveur sur cette photo prise le 13 mai 2017 à Washington DC Andrew CABALLERO-REYNOLDS

Les cyberattaques ont coûté aux Etats-Unis entre 57 milliards et 109 milliards de dollars en 2016, a averti la Maison Blanche vendredi, mettant en garde contre des effets de contagion sur l'économie dans son ensemble, si la situation venait à s'aggraver.

Ce document, rédigé par des conseillers économiques rattachés à la Maison Blanche, cherche à quantifier "une cyber-activité malveillante dirigée contre des entités privées et publiques" comme des fuites de données ou des vols de propriété intellectuelle et d'informations financières et stratégiques sensibles.

L'une des préoccupations majeures du rapport concerne les cyberattaques contre des infrastructures, comme les autoroutes, les réseaux électriques, les systèmes de communication ou les barrages.

"Si une entreprise détient une partie essentielle des infrastructures, une attaque contre cette firme pourrait causer une perturbation majeure à travers toute l'économie" explique le rapport. Avec la peur d'un effet de contagion, au-delà de la cible initiale.

Les auteurs du rapport font également part de leurs inquiétudes dans les domaines de l'énergie et de la finance.

"Ces secteurs sont, en interne, interconnectés et interdépendants avec d'autres secteurs et aussi solidement reliés à internet et (présentent), par conséquent, un risque plus élevé d'une répercussion possible sur toute l'économie en cas de cyberattaque désastreuse".

Ce document a été rendu public au lendemain des menaces de "conséquences internationales" proférées par Washington contre Moscou, en raison de la responsabilité russe dans la cyberattaque NotPetya en juin 2017. Une attaque "catégoriquement" réfutée par le Kremlin.

Dans ce rapport, la Maison Blanche cite aussi, au-delà de la Russie, d'autres "Etats-Nations", comme la Chine, l'Iran et la Corée du Nord.

Les opérations de ces pays "bien financées impliquent souvent des attaques sophistiquées et ciblées" ont averti les économistes.

Les menaces de cyberattaques viennent aussi "d'hacktivistes" (des pirates activistes), de groupes organisés, d'organisations criminelles ou encore des entreprises concurrentes.

Et la Maison Blanche d'appeler les entreprises à partager entre elles davantage d'informations sur les anciennes attaques, pour mieux s'en prévenir.

Vos commentaires