En ce moment
 
 

Cyclone en Afrique australe: course contre la montre pour sauver des vies

Cyclone en Afrique australe: course contre la montre pour sauver des vies

(Belga) Les secouristes étaient engagés mardi dans une course contre la montre pour sauver des milliers de personnes réfugiées sur des arbres et des toits après le passage dévastateur du cyclone Idai en Afrique australe, où des barrages menaçaient de céder sous la pression de pluies continues.

Le cyclone, qui a balayé le centre du Mozambique puis l'est du Zimbabwe voisin, a fait au moins 182 morts, mais le bilan pourrait dépasser le millier de morts, a prévenu lundi le président mozambicain, Filipe Nyusi. Au Mozambique, une surface d'un rayon de 100 km est totalement inondée, selon le ministre de l'Environnement Celson Correia. Il y a un "océan" dans les terres, isolant complètement des villages, a expliqué à l'AFP une humanitaire qui a requis l'anonymat. Pour compliquer la situation, plusieurs barrages menacent de céder, leur capacité approchant du niveau maximum, selon des ONG. Le chef de l'Etat mozambicain Filipe Nyusi a demandé à ses concitoyens qui habitent près de rivières dans la région "de quitter la zone pour sauver leur vie". Car les autorités pourraient n'avoir d'autre choix que d'ordonner l'ouverture des vannes de barrages, alors que les terres sont déjà totalement submergées. Au Mozambique comme au Zimbabwe, de nombreux ponts et routes ont été emportés par des eaux, compliquant les opérations de secours. La deuxième ville du Mozambique, Beira, qui a été gravement "endommagée ou détruite à 90%" selon la Croix-Rouge, était toujours privée d'électricité et d'internet mardi, cinq jours après avoir été balayée par Idai, ont constaté des journalistes de l'AFP. Les liaisons téléphoniques étaient en revanche très progressivement rétablies, alors que la pluie continuait à tomber sur cette ville d'un demi-million d'habitants en partie submergée. Au Zimbabwe voisin, où les habitants enterraient leurs morts, le président Emmerson Mnangagwa était attendu dans la journée dans la province du Manicaland (est), la plus touchée par le cyclone. Au moins 200 personnes sont encore portées disparues dans la région, notamment après l'effondrement d'habitations occupées par des fonctionnaires, selon les autorités. L'arrivée du cyclone avait été précédée de très fortes précipitations au Mozambique mais aussi au Malawi voisin, des intempéries qui avaient fait au moins 122 morts. Le Malawi a finalement été épargné par Idai. (Belga)

Vos commentaires