En ce moment
 

Cynthia Nixon réduit l'écart avec le gouverneur sortant de New York

Cynthia Nixon réduit l'écart avec le gouverneur sortant de New York
L'actrice Cynthia Nixon, candidate au poste de gouverneur de l'Etat de New York, à Brooklyn le 20 mars 2018TIMOTHY A. CLARY

L'actrice Cynthia Nixon, qui a annoncé en mars sa candidature au poste de gouverneur de l'Etat de New York, a réduit l'écart avec le gouverneur démocrate sortant Andrew Cuomo, mais continue à faire la course loin derrière, selon un nouveau sondage.

Si le gouverneur, qui brigue un troisième mandat en novembre, est toujours largement en tête, le dernier sondage de l'institut Quinnipiac lui accorde 50% des intentions de vote contre 28% à Cynthia Nixon. Soit un écart de 22 points alors que de précédents sondages lui donnaient plus de 30 ou 40 points d'avance.

Dans un autre sondage réalisé mi-avril par Siena College, Cynthia Nixon réduisait également l'écart à 31 points avec 27% d'électeurs lui étant favorables contre 58% pour Cuomo. Elle avait 47 points de retard lors du lancement de sa campagne mi-mars.

L'actrice de 51 ans, qui se présente comme M. Cuomo sous la bannière démocrate, devra d'abord affronter le gouverneur de 60 ans lors de la primaire de ce parti prévue le 13 septembre, avant le scrutin le 6 novembre.

Rendue célèbre pour son rôle dans la série "Sex and the City", elle a notamment progressé auprès de l'électorat masculin: 34% des hommes se disent prêts à la soutenir, contre 24% seulement des femmes, selon Quinnipiac.

En cas de triangulaire opposant Cynthia Nixon, Andrew Cuomo et le candidat républicain Marc Molinaro, le gouverneur sortant l'emporterait haut la main, avec autant de voix que ses deux rivaux réunis, indique aussi ce sondage.

Mme Nixon "est une vraie enquiquineuse pour le gouverneur Andrew Cuomo mais, à ce stade, elle n'est pas assez forte ni pour remporter la primaire, ni pour remporter l'élection", a commenté Peter Brown, assistant directeur des sondages chez Quinnipiac University.

L'actrice, qui milite depuis des années pour l'enseignement public, a entamé avec l'appui du maire de New York Bill de Blasio en bisbille avec le gouverneur, une campagne très à gauche.

Elle dénonce les patrons et les faveurs fiscales dont ils bénéficient, prône le relèvement du salaire minimum et attaque M. Cuomo en le qualifiant de symbole d'un establishment new-yorkais corrompu et d'un parti démocrate déconnecté des électeurs défavorisés.

Andrew Cuomo lui se veut l'un des leaders de la résistance à l'administration Trump. Son taux d'approbation s'est amélioré ces dernières semaines pour s'établir à 54%, soit son meilleur score depuis décembre 2014, selon Quinnipiac.

Vos commentaires