En ce moment
 
 

Dans la course à 2020, Biden et Sanders se font attendre

Dans la course à 2020, Biden et Sanders se font attendre
Joe Biden, le 13 décembre 2016 à WashingtonMANDEL NGAN

Avec une dizaine de démocrates déjà dans la course à la présidentielle américaine de 2020, et tandis qu'une dizaine d'autres y réfléchissent sérieusement, une question subsiste dans le parti d'opposition à Donald Trump: où sont Joe Biden et Bernie Sanders?

Les deux plus gros noms démocrates (un ancien vice-président et un sénateur qui a tenu la dragée haute à Hillary Clinton en 2016) n'ont pas encore annoncé leur candidature à la primaire, même si à Washington les rumeurs veulent que l'annonce de Joe Biden soit imminente.

Selon plusieurs médias américains, l'ancien vice-président de Barack Obama (2009-2017) serait sur le point de déclarer sa candidature.

Officiellement, les deux vieux loups de mer se sont contentés d'expliquer qu'ils attendaient le moment opportun pour annoncer s'ils étaient, ou non, candidats à la Maison Blanche.

"Ils ont tous les deux encore du temps. Ils attendent la bonne fenêtre de tir", explique à l'AFP Calista Lake, une sondeuse démocrate.

Plusieurs sénateurs et sénatrices se sont déjà lancés dans la course, les élections de mi-mandat de 2018 à peine finies: Kamala Harris, Amy Klobuchar, Elizabeth Warren, Cory Booker...

Mais si ces "petits" candidats se lancent aussi tôt, selon les spécialistes, c'est qu'ils font de nécessité vertu: ils partent de plus loin.

Joe Biden et Bernie Sanders ont, eux, le "luxe" de pouvoir attendre, explique Mike Mikus, stratège du parti démocrate.

"Pas la peine de se presser", a déclaré à l'AFP le sénateur Tom Carper, élu du Delaware, interrogé sur le conseil qu'il aurait à donner à son ami Joe Biden.

Attention toutefois à ne pas abuser de ce "luxe" et partir trop tard.

"Je ne pense pas que ce soit encore le cas, mais on s'en rapproche", poursuit Mike Mikus.

Cela n'empêche pas Joe Biden de faire la course en tête des premiers sondages.

Cette semaine, une enquête nationale de l'institut Morning Consult lui a donné 29% d'intentions de vote devant... Bernie Sanders (15%).

Derrière eux, Kamala Harris (13%), Elizabeth Warren (8%), Beto O'Rourke (7%) et Cory Booker (5%).

"Beaucoup de très bons vice-présidents dans ce groupe", rigole le sénateur Tom Carper.

- "Avantage" à Biden et Sanders -

L'attrait principal des deux septuagénaires réside dans une qualité cruciale: la menace qu'ils représentent pour le président républicain. Tant par leur capacité à séduire ses électeurs que par leur sens de la formule, qui leur permettrait de répondre sans problème aux attaques personnelles de M. Trump.

"Nous avons beaucoup de bons candidats, mais si on regarde qui peut battre Donald Trump", Joe Biden et Bernie Sanders "ont un avantage", appuie la sondeuse Calista Lake.

Selon elle, l'âge des deux hommes (76 ans pour M. Biden, 77 pour Sanders) n'est pas un problème.

"Les gens veulent du changement, mais ça ne veut pas nécessairement dire de la jeunesse", explique-t-elle.

Surtout qu'avec leurs noms, "Bernie" et "Joe" apportent de l'expérience, leur carnet d'adresses et leur facilité à organiser des collectes de fond.

"Il y a un débat entre la vieille garde et la jeune", reconnaît Jim Manley, stratège et ancien responsable du parti démocrate.

Cette jeunesse, plus progressive, est notamment illustrée par Beto O'Rourke, le dynamique quadragénaire texan.

Malgré sa défaite lors des "midterms" face au sénateur républicain Ted Cruz, l'ancien élu de la Chambre des représentants a clairement le vent en poupe et doit annoncer ses intentions ce mois-ci.

"La question est de savoir si les plus vieux responsables du parti sont capables de diriger une nouvelle génération de démocrates", explique Jim Manley.

Mais le parti ne doit pas se disperser autour de son objectif commun: battre Donald Trump.

"Ces batailles idéologiques et générationnelles peuvent attendre après 2020", résume Mike Mikus.

Vos commentaires