En ce moment
 
 

Découverte en Israël d'un gigantesque site de production de vins datant de 1.500 ans

 

A découvrir

 

Larges pressoirs, milliers de fragments de jarres, vastes entrepôts pour stocker la production: les autorités israéliennes ont dévoilé lundi le "plus vaste" site de production de vins de la période byzantine dans le sud d'Israël aux portes de la bande de Gaza.

Dans le cadre de fouilles menées à Yavné, ville du sud israélien en pleine expansion, les archéologues ont exhumé au cours des deux dernières années un vaste site de production de vins datant de 1.500 ans.

Et le site n'avait pas des airs de vignobles bucoliques, mais de véritable usine à vin, avec une production annuelle estimée à deux millions de litres pressés au pied.

L'équipe d'archéologues menée par l'Autorité israélienne des antiquités a découvert cinq pressoirs d'environ 225 m2 pour le foulage au pied des raisins, deux vastes cuves octogonales pour récolter le moût et des fours à poterie pour faire cuire la glaise des amphores allongées, nommées "jarres de Gaza" et dans lesquelles vieillissait le vin.

"Nous avons été surpris de découvrir ici une usine sophistiquée afin de produire du vin en quantité industrielle", ont indiqué dans un communiqué conjoint les archéologues Elie Hadad, Liat Nadav-Ziv et Jon Selingman, qui ont dirigé ces fouilles.

A l'époque, la bande de Gaza, territoire palestinien sous contrôle aujourd'hui des islamistes du Hamas, et la ville adjacente d'Ashkelon, dans le sud d'Israël, près de Yavné, étaient reconnues pour la qualité de leurs vins commercialisés dans le bassin méditerranéen.

Ces fouilles ont aussi permis de prouver la présence sur place de pressoirs à vin datant de 2.300 ans, période où l'empire perse achéménide régnait sur une grande partie du Moyen-Orient, et donc, selon les archéologues, de montrer un "continuum" sur plusieurs siècles d'une industrie viticole locale.

Le complexe de Yavné sera "préservé" et fera partie d'un futur parc archéologique accessible au public, ont assuré lundi les Antiquités israéliennes.


 




 

Vos commentaires