En ce moment
 

Des centaines de personnes samedi au cimetière militaire de Saint-Symphorien

histoire

(Belga) Les commémorations du centenaire de l'armistice au cimetière militaire de Saint-Symphorien (Mons) se sont poursuivies samedi, en présence de Julie Payette, gouverneure générale du Canada.

Vendredi, les Premiers ministres britannique Theresa May et belge Charles Michel s'y étaient déjà recueillis. Samedi matin, ce sont les représentants du Canada, conduits par la gouverneure générale Julie Payette, qui se sont inclinés sur les tombes des soldats canadiens et du Commonwealth morts au combat et enterrés à Saint-Symphorien. Des gerbes de fleurs ont été déposées sur plusieurs tombes militaires, en présence de quelques descendants de soldats tombés au front. Plusieurs centaines de personnes, civils, militaires, britanniques, belges, canadiens, entre autres, ont assisté à la cérémonie. Le cimetière symphorinois a été construit par les Allemands en 1916 sur un terrain appartenant au naturaliste belge Jean Houzeau de Lehaie, qui avait cédé le terrain gracieusement à condition qu'il puisse permettre de regrouper en un seul lieu tous les combattants, quelles que soient leurs nationalités. Le site est ainsi binational: il comprend 513 tombes, dont 229 de soldats du Commonwealth et 284 de soldats allemands. On y trouve notamment la tombe du soldat John Parr, premier soldat britannique mort durant la Première Guerre Mondiale, le 21 août 1914, et la tombe de Maurice James Dease, le premier à avoir reçu la Victoria Cross lors du conflit, le 23 août 1914. Y reposent également le Canadien George Lawrence Price, dernier soldat des armées du Commonwealth tombé durant la Grande Guerre, et George Ellison, dernier Britannique mort au combat. Tous deux avaient péri le 11 novembre 1918, date de l'armistice. (Belga)

Vos commentaires