En ce moment
 
 

Des clients qui se ruent sur les TV, parfums, vêtements... La FOLIE du Black Friday en quelques images

Des clients qui se ruent sur les TV, parfums, vêtements... La FOLIE du Black Friday en quelques images
© Belga

Le Black Friday, c'est ce vendredi 29 novembre. Une journée de promotions commerciales importée des Etats-Unis et qui a désormais lieu dans de nombreux pays, dont la Belgique.

Une vague consumériste est attendue sur la Belgique ce vendredi. Selon une étude menée par Dedicated, plus de 9 Belges sur 10 connaissent l'existence du Black Friday. L'an dernier, d'après les chiffres de la société de paiements Worldline, l'évènement avait généré une hausse des transactions de 15% par rapport à un vendredi normal et de 12% en comparaison avec l'édition 2017.

Aux Etats-Unis, cette journée est très attendue par de nombreux Américains. Sur ces photos prises chez Macy's, à Manhattan, on peut voir une foule attendre l'ouverture des portes avant de se précipiter sur les parfums, sacs à main et autres objets proposés à des prix cassés.




À Sao Paulo, au Brésil, la fièvre acheteuse est aussi présente. Dans ce magasin, c'est sur les télévisions que se ruent les consommateurs.



 

Un Black Friday qui ne plait pas à tout le monde

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées vendredi matin devant le siège français d'Amazon à Clichy (Hauts-de-Seine), en banlieue de Paris, pour dénoncer à l'occasion du Black Friday la surconsommation et ses conséquences écologiques, ont constaté des journalistes de l'AFP. Réunis notamment à l'appel d'Attac et Greenpeace pour cette action présentée comme "non violente et joyeuse" les manifestants ont déroulé des banderoles hostiles au géant du commerce en ligne avant de s'asseoir devant le siège de l'entreprise aux cris de : "On dit stop au Black Friday et son impunité!".

"Aujourd'hui, Amazon a les émissions de gaz à effet de serre d'un Etat", a dénoncé sur place Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France. "On a besoin plus que jamais d'actions de désobéissance civile car Amazon est un symbole d'impunité", notamment fiscale, a estimé l'eurodéputée LFI Manon Aubry, présente à ses côtés de même que la députée LFI Clémentine Autain.

Jeudi, plusieurs dizaines de militants de mouvements écologistes avaient brièvement bloqué un centre de distribution d'Amazon de la région parisienne pour dénoncer aussi les atteintes à l'environnement liées à la surconsommation. Ils avaient été délogés après environ deux heures d'action par les forces de l'ordre, qui n'ont pas fait usage de gaz lacrymogène. Huit personnes ont été interpellées pour "entrave à la circulation", a-t-on indiqué de source policière.

 

Vos commentaires