En ce moment
 
 

Guerre en Ukraine: la Russie se concentre sur le Donbass et subit une contre-offensive à Kharkiv

Guerre en Ukraine: la Russie se concentre sur le Donbass et subit une contre-offensive à Kharkiv
 
 

LES DERNIERES INFOS

18h35 - Au moins 10 morts dans des frappes russes sur Severodonetsk, dans l'est

Au moins dix personnes ont été tuées dans des bombardements russes sur la ville de Severodonetsk, dans l'est de l'Ukraine, quasiment encerclée par les forces de Moscou, a annoncé lundi le gouverneur de la région. "Au moins 10 personnes ont été tuées. Il est actuellement extrêmement difficile de vérifier la situation sur le terrain en raison des nouveaux bombardements", a déclaré Serguiï Gaïdaï sur Telegram, appelant les habitants qui n'ont pas fui à rester à l'abri.

13h - Après plus de 30 ans de présence, McDonald's se retire entièrement de Russie

Le géant américain de la restauration rapide McDonald's, qui avait fermé ses 850 enseignes en Russie début mars et jusqu'à nouvel ordre, a annoncé lundi se retirer du pays et vendre toutes ses activités en réaction à l'invasion russe de l'Ukraine. "Nous sommes engagés envers notre communauté mondiale et devons rester inflexibles quant à nos valeurs", a déclaré le PDG du groupe Chris Kempczinski, cité dans un communiqué de l'entreprise. "Le respect de nos valeurs signifie que nous ne pouvons plus conserver les Arches (le logo de McDonald's, ndlr)" en Russie, a-t-il ajouté.

Cette décision a une grande valeur symbolique. McDonald's avait ouvert ses portes pour la première fois dans le pays il y a plus de 30 ans, aux derniers jours de l'Union soviétique. À l'époque, il y avait eu de longues files d'attente de Russes qui pouvaient pour la première fois goûter aux hamburgers et aux frites de la société américaine.

12h54 - L'entrée de la Suède et la Finlande dans l'Otan ne renforcera pas la sécurité européenne

Le Kremlin a estimé lundi qu'une adhésion de la Suède et de la Finlande à l'Otan, en réaction à l'offensive russe en Ukraine, ne renforcerait pas la sécurité sur le continent européen.

"Nous sommes convaincus que l'entrée dans l'Otan de la Finlande et de la Suède ne va ni renforcer ni améliorer l'architecture sécuritaire de notre continent", a dit à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, faisant part de la "préoccupation" de Moscou et promettant de suivre de près "les implications que cela aura pour notre sécurité".

10h50 - Les forces ukrainiennes reprennent le contrôle de la frontière dans la région de Kharkiv

Les forces ukrainiennes ont repoussé les troupes russes et ont repris le contrôle d'une partie de la frontière avec la Russie dans la région de Kharkiv (nord-est), ont annoncé lundi les autorités ukrainiennes. Quatre personnes ont été tuées dans des frappes de missiles au cours des dernières 24 heures, dont deux dans le bombardement d'un hôpital à Severodonetsk, dans la région de Lougansk (est), et deux à Mykolaïv (sud), selon les autorités ukrainiennes.

"Le 227e bataillon de la 127e brigade de la défense territoriale des forces armées de Kharkiv a expulsé les Russes et s'est installé à la frontière", a indiqué le ministère sur sa page Facebook, en publiant une vidéo de soldats armés devant un poteau-frontière peint en jaune et bleu, couleurs du drapeau ukrainien, et avec un trident, le blason de l'Ukraine.

"Nous sommes fiers de nos soldats qui ont restauré le panneau frontalier. Nous remercions tous ceux qui, au péril de leur vie, libèrent l'Ukraine des envahisseurs russes", a pour sa part écrit sur Telegram le gouverneur de la région de Kharkiv, Oleg Sinegoubov.

10h15 - Renault cède sa filiale produisant les Lada, ses actifs désormais propriété de la Russie

Le groupe Renault a signé des accords de cession de sa filiale Renault Russie et de sa participation dans sa filiale AvtoVaz (constructeur des Lada) à l'Etat russe, indique-t-il lundi. L'entreprise française dit cependant garder l'option de racheter cette dernière. Les actifs de Renault dans ce pays sont désormais propriété de l'Etat, a, de son côté, annoncé le ministère russe de l'Industrie et du commerce à la suite du retrait de ce marché du constructeur automobile consécutif à l'invasion en Ukraine.

07h15 - Le président ukrainien va également demander le soutien de l'Afrique et de l'Asie

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va tenter de mobiliser l'Afrique et l'Asie, presque trois mois après le début de l'invasion russe dans le pays. Il s'adressera à cette fin aux parlementaires de plusieurs pays, a-t-il indiqué lundi dans son allocution vidéo quotidienne. Volodymyr Zelensky cherche à renforcer les sanctions contre la Russie. "L'occupant doit sentir en permanence le prix croissant de la guerre." Un embargo pétrolier contre la Russie est, pour lui, une priorité. "Le temps de la dépendance européenne aux sources d'énergie russes est révolu, même si Moscou fait tout pour l'empêcher. Et cela ne changera pas non plus", a indiqué M. Zelensky. Ces derniers mois, le président ukrainien a également demandé, par vidéo, le soutien de plusieurs pays européens face à la Russie. Dans une semaine, il s'adressera par ailleurs au Forum économique mondial de Davos, où il sera entre autres question de la reconstruction d'après-guerre.  

06h55 - Résumé de la situation

L'Ukraine se prépare à une intensification des attaques russes dans le Donbass, dans l'est du pays, objectif prioritaire de Moscou mais où ses forces sont en perte de vitesse, tandis que l'armée ukrainienne poursuit sa contre-offensive dans la région de Kharkiv.

"On se prépare à de nouvelles tentatives de la Russie d'attaquer au Donbass, pour en quelque sorte intensifier son mouvement vers le sud de l'ukraine", a lancé le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une vidéo publiée dimanche soir. Et pourtant selon lui, "les occupants ne veulent toujours pas admettre qu'ils sont dans une impasse".

On se prépare à de grandes offensives

Les Russes transfèrent des troupes de la région de Kharkiv (nord) à celle de Lougansk, dans le Donbass, dans le but de prendre Severodonetsk, a assuré de son côté dimanche soir le conseiller présidentiel ukrainien Oleksiy Arestovich. L'armée ukrainienne a également annoncé lundi matin avoir fait sauter un pont ferroviaire contrôlé par les Russes, reliant Roubijné et Severodonetsk, deux objectifs de Moscou. "On se prépare à de grandes offensives à Severodonetsk, et autour de l'axe Lyssytchansk-Bakhmout", affirmait déjà samedi Serguiï Gaïdaï, gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, qui forme avec celle de Donetsk le bassin minier du Donbass.

Une armée russe décimée

Il décrivait aussi une situation humanitaire de plus en plus critique. Près de trois mois de guerre ont par exemple transformé Lyssytchansk, ville minière de quelque 100.000 habitants essentiellement russophones, en une zone abandonnée, dépourvue d'eau, d'électricité ou de réseau téléphonique, a constaté un journaliste de l'AFP. "Les Russes disent qu'ils sont en train de gagner et les Ukrainiens aussi", dit Natalia Gueorguievna. "Quand on avait encore internet, on pouvait regarder les infos, mais maintenant... nous n'avons pas idée de qui sont derrière ces voix ni d'où elles viennent", déplore-t-elle. Mais pour les services de renseignement militaire britannique, l'offensive russe dans l'est de l'Ukraine a "perdu de son élan".

Les troupes de Moscou n'ont pas réussi à réaliser des gains territoriaux substantiels, mettant leur plan de bataille "considérablement en retard", selon ces sources.  "La Russie a maintenant probablement subi des pertes d'un tiers de la force de combat terrestre qu'elle a engagée en février", ont-elles ajouté. "Dans les conditions actuelles", elles jugent "peu probable" que la Russie n'"accélère considérablement son rythme de progression" au cours du prochain mois.

De leur côté, les Russes égrènent leurs succès en annonçant avoir visé par des missiles de "haute précision" deux points de commandements ukrainiens et quatre dépôts de munitions d'artillerie près de Zaporijjia, Paraskovievka, Konstantinovka et Novomikhaïlovka dans la région de Donetsk (est). L'aviation russe a détruit deux lance-missiles et un système radar dans la région de Soumy, dans le nord-est,et les systèmes de défense anti-aérienne russes ont détruit 15 drones ukrainiens, selon Moscou. Les forces russes font aussi désormais face au nord à la contre-offensive des forces ukrainiennes dans la région de Kharkiv, deuxième ville du pays, où ces dernières s'approchent de la frontière avec la Russie.

A Vilkhivka, village à l'est de Kharkiv repris par les Ukrainiens, les stigmates des violents combats demeurent sur les maisons éventrées par les obus, rues jonchées de débris, douilles de balles et autres restes de munitions ou encore les chars hors d'usage abandonnés sur la route.  Symboliquement, l'inscription "Azov était là", avec le symbole du régiment ukrainien ressemblant à la croix gammée nazie, a été apposé sur un des chars à côté du "Z" qui y avait été peint par les troupes russes, a constaté un journaliste de l'AFP. Le corps d'un soldat russe gisait encore samedi dans un jardin alors que dans un gymnase, apparemment utilisé comme dortoir par les Russes, s'entassent des caisses de munitions antichar vides, des sacs de couchage, des pâtes instantanées dans un capharnaüm où figurent aussi un ballon de basket et des livres scolaires.


 

Vos commentaires