En ce moment
 

Donald Trump s'en prend de nouveau à Alec Baldwin, qui riposte

Donald Trump s'en prend de nouveau à Alec Baldwin, qui riposte
Alec Baldwin lors d'un meeting devant la Trump Tower à New York le 19 janvier 2018D Dipasupil

Donald Trump a de nouveau attaqué Alec Baldwin qui l'imite régulièrement à la télévision, et l'acteur a répliqué en se disant prêt à incarner le président jusqu'à sa "destitution".

Lors d'un entretien publié jeudi sur le site du magazine spécialisé The Hollywood Reporter, l'acteur avait expliqué qu'il était "à l'agonie" à chaque fois qu'il devait imiter Donald Trump.

Le comédien de 59 ans joue régulièrement le rôle du président des Etats-Unis depuis la campagne présidentielle de 2016, dans l'émission de divertissement "Saturday Night Live", avec maniérisme, pinçant ostensiblement les lèvres lorsqu'il ne parle pas.

Cette interprétation lui a valu un prix en septembre lors de la cérémonie des Emmy Awards, récompenses de la télévision américaine.

M. Trump, qui avait déjà critiqué ces imitations, a répondu vendredi aux déclarations de l'acteur par un tweet, dans lequel il commence par l'appeler "Alex" au lieu d'"Alec", et fait une grosse faute d'orthographe sur un mot.

"Alec Baldwin, dont la carrière médiocre qui agonisait a été sauvée par cette très mauvaise imitation de moi à Saturday Night Live, dit maintenant qu'il est à l'agonie lorsqu'il m'imite", a tweeté le président, qui a corrigé son message après l'avoir posté. "Alec, ceux qui sont à l'agonie, ce sont ceux qui sont forcés de te regarder".

Il ne s'en était plus pris au comédien depuis de nombreux mois.

M. Trump ne s'est pas opposé au principe d'être caricaturé, appelant dans son tweet, au retour du comédien Darrell Hammond, ancien membre de "Saturday Night Live" qui l'a régulièrement incarné dans l'émission jusqu'en 2016, avant qu'Alec Baldwin ne prenne le relais.

"Bien que ce soit l'agonie, j'aimerais bien continuer jusqu'aux auditions pour la destitution, le discours de démission, le départ en hélicoptère vers Mar-a-Lago", a tweeté à son tour vendredi Alec Baldwin en réponse au message matinal du président américain.

"La partie sympa. Celle qu'on attend tous", a-t-il ajouté, évoquant un éventuel processus de destitution de Donald Trump et son départ anticipé de la Maison Blanche, à la manière de l'ancien président Richard Nixon en 1974.

Vos commentaires