Dopage: l'AMA doit agir plus vite contre la Russie, réclament les agences nationales

Dopage: l'AMA doit agir plus vite contre la Russie, réclament les agences nationales
L'Agence russe (Rusada) et son patron Iouri Ganous, à Moscou, le 20 septembre 2018, sont dans le collimateur des Organisations nationales antidopage (ONAD)Kirill KUDRYAVTSEV
sport, Russie

L'Agence mondiale antidopage (AMA) doit agir immédiatement face au non-respect par la Russie de la date limite du 31 décembre 2018 pour donner un libre accès aux données du laboratoire d'analyses de Moscou, ont annoncé mercredi les Organisations nationales antidopage (ONAD).

"Les leaders de l'ONAD implorent l'AMA d'user de toute son autorité et de l'ensemble de ses ressources pour accélérer sur le sujet", réclame l'ONAD dans un communiqué soutenu par 16 pays dont la France, les Etats-Unis et l'Australie.

Le comité indépendant de l'AMA chargé de la conformité avec le code mondial a prévu de se réunir les 14 et 15 janvier pour examiner les suites à donner au non-respect par les Russes de la date-butoir qui leur avait été imposée pour remettre à l'AMA les données des contrôles antidopage menés par le laboratoire de Moscou de l'agence russe entre 2011 et 2015.

Le président de l'AMA, Craig Reedie, s'était déclaré "amèrement déçu" mardi, au lendemain de l'échec russe, précisant que l'agence allait envoyer dans les jours à venir le rapport de la mission d'experts dépêchés à Moscou le 21 décembre au comité de révision de la conformité, chargé de déterminer l'adhésion des agences nationales au Code mondial antidopage.

Mais la direction de l'ONAD "appelle maintenant l'AMA à reconnaitre la gravité de cette date limite manquée" et à "soumettre immédiatement" la question aux recommandations de ses experts".

"Après plus de trois ans de passages en revue, d'indécision et de compromis en réponse au pire cas de dopage dans l'histoire du sport, le moment est venu de démontrer qu'aucun individu ni pays n'est exempté d'être en conformité avec le code mondial antidopage", souligne le communiqué.

La date limite du 31 décembre était l'une des deux conditions stipulées (par l'AMA) le 20 septembre en échange de la levée des sanctions envers l'agence russe antidopage (Rusada).

Vos commentaires