En ce moment
 

Ebola en RDC: la peur et la violence compliquent la lutte contre la maladie

(Belga) Les nouveaux cas d'Ebola constatés dans des centres urbains au cours des derniers jours montrent bien que la flambée du virus en République démocratique du Congo (RDC) n'est toujours pas maîtrisée, affirme mardi l'ONG Oxfam, rappelant que le virus a fait 90 victimes depuis son apparition le 1er août.

Oxfam constate qu'il est difficile d'apporter de l'aide ou de prendre des mesures pour éviter la propagation de la maladie, en raison de la peur qui règne dans les communautés de l'est du pays. La population se retourne parfois contre ceux qui leur viennent en aide, beaucoup d'habitants de la région ne savent en effet pas à qui faire confiance. Oxfam a trouvé les habitants de Mangina -foyer de l'épidémie, 80% des décès s'y sont produits- sous le choc et en colère que leurs proches soient morts si rapidement et leurs dépouilles emportées. Bien que la majorité de la population soit consciente de la gravité du virus et s'efforce activement de rompre la chaîne de contamination, ceux qui ignoraient tout du virus Ebola étaient terrorisés et les rumeurs couraient bon train. Oxfam a entendu parler de plusieurs cas où, sous l'effet de la peur, des travailleuses et travailleurs humanitaires ont été menacés par une foule en colère brandissant machettes et gourdins et jetant des pierres sur leurs voitures, et où des agents de santé ont été accusés d'avoir "tué" des proches. Dans un village, le personnel d'Oxfam a dû s'arrêter devant un barrage dressé par les habitants pour empêcher toute aide de passer. (Belga)

Vos commentaires