Egypte: "pas de justice" pour des centaines de manifestants tués en 2013, selon HRW

Egypte:
Des partisans des Frères musulmans en 2014 au Caire lors d'une manifestation en souvenir de la répression des manifestations à Rabaa al-Adawiya en 2013MAHMOUD KHALED

Human Rights Watch (HRW) a exhorté lundi l'Egypte à rendre "justice" aux victimes d'un assaut meurtrier contre une manifestation qui a fait des centaines de morts en 2013 et dont les responsables, membres des forces de sécurité, n'ont toujours pas été poursuivis.

Il y a cinq ans, le 14 août 2013, les forces de l'ordre avaient lancé un assaut sur les places Rabaa al-Adawiya et Nahda au Caire, où des milliers de personnes campaient avec femmes et enfants depuis six semaines pour réclamer le retour de l'islamiste Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte (en 2012) et destitué en juillet 2013 par l'armée alors dirigée par Abdel Fattah al-Sissi.

Au moins 817 manifestants sont morts dans les heures ayant suivi l'assaut, selon l'ONG pour les droits de l'Homme, qui parle de la "tuerie de masse la plus importante de l'histoire moderne égyptienne".

Depuis, des centaines d'islamistes, dont des responsables des Frères musulmans de M. Morsi, ont été jugés au cours de procès de masse, dénoncés comme "expéditifs" par les ONG de défense des droits de l'homme. Mais aucun membre des forces de sécurité n'a été poursuivi pour la mort des manifestants.

"Cinq ans après le massacre de Rabaa, la seule réponse des autorités a été de mettre à l'abri les responsables de ces crimes", affirme dans un communiqué la directrice de HRW pour le Moyen-Orient Sarah Leah Whitson.

Elle a reproché aux pays alliés de l'Egypte, sans les nommer, d'avoir répondu "à l'absence de justice pour les victimes par un silence total".

Les autorités égyptiennes ont imputé le massacre de 2013 aux responsables des protestations, pointant du doigt la présence d'hommes armés et la mort de plusieurs policiers lors des rassemblements.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a approuvé le mois dernier une loi accordant l'immunité judiciaire à des officiers supérieurs de l'armée impliqués dans les troubles de 2013.

"Sans justice, (le massacre de) Rabaa reste une plaie ouverte. Les responsables de la mort des manifestants ne doivent pas espérer pouvoir fuir leurs responsabilités indéfiniment", a estimé Sarah Leah Whitson en regrettant que les autorités "aient échoué à (...) poursuivre un seul membre des forces de sécurité" cinq ans après la répression sanglante des manifestations.

Mis en examen pour leur rôle dans les émeutes de 2013, 75 islamistes ont pour leur part été condamnés à mort en juillet par un tribunal dans le cadre de procès de masse de plus de 700 accusés.

D'autres attendent toujours le verdict de leur procès, comme le photographe de presse Mahmoud Abou Zeid, dit "Shawkan", lauréat du prix mondial de la liberté de la presse de l'Unesco en mai.

La répression des manifestations en 2013 avait été suivie de plusieurs mois d'affrontements meurtriers avec la police, dans lesquels des centaines de personnes ont été tuées.

La confrérie des Frères musulmans a été déclarée organisation terroriste et interdite par l'Egypte en 2013.

M. Morsi n'a gouverné qu'une année, avant que des manifestations de masse ne soient organisées contre lui et qu'il ne soit destitué par l'armée. Il a depuis été condamné à un total de 45 ans de prison et est aujourd'hui maintenu à l'isolement 23 heures par jour dans des conditions préoccupantes, a affirmé en mars une commission britannique indépendante.

Artisan de son éviction, le maréchal Abdel Fatah al-Sissi a été élu président en 2014 et reconduit au pouvoir en mars avec 97% des voix.

Le régime égyptien est régulièrement accusé par les défenseurs des droits de l'Homme de violer les libertés publiques et de réprimer les opposants.

Vos commentaires