En ce moment
 
 

Egypte: un businessman exilé au coeur d'un regain de contestation antirégime

Une série de vidéos postées par un homme d'affaires égyptien en exil fustigeant le président Abdel Fattah al-Sissi et l'armée a fait grand bruit dans le pays, contribuant à susciter de rares manifestations antigouvernementales.

Mohamed Aly, 45 ans, qui a aussi entamé une carrière d'acteur, se met en scène depuis le 2 septembre dans des vidéos, où il accuse sans ménagement M. Sissi et l'armée de corruption.

"Vous dites que nous (les Egyptiens), on devrait se serrer la ceinture (...). Et vous, vous jetez des milliards" par les fenêtres, avait-il dit en s'adressant à M. Sissi dans sa première vidéo diffusée le 2 septembre.

Il affirme que des millions de livres égyptiennes de fonds publics ont été utilisés dans des projets inutiles et des palais présidentiels. Et selon lui, les autorités doivent des millions de livres à sa compagnie de travaux publics Amlaak Group.

M. Aly, qui a quitté l'Egypte pour l'Espagne il y a un an, n'a fourni aucune preuve vérifiable de ses allégations, mais en attendant ses vidéos postées sur internet presque chaque jour sont regardées par des millions d'Egyptiens.

Dans un clip d'une minute lundi, il a dit avoir fui son pays en raison d'un contentieux avec le pouvoir et qu'il tenait le gouvernement espagnol pour responsable s'il lui arrivait malheur.

- "Mensonges et calomnies" -

Celui qui affirme avoir travaillé pour l'armée égyptienne pendant une quinzaine d'années a par ailleurs révélé les emplacements de villas de luxe ou palais, dont le gouvernement aurait passé commande.

"Mensonges et calomnies", a lancé mi-septembre M. Sissi, niant en bloc les accusations de corruption lancées par M. Adly. Le président a reconnu qu'il faisait bien construire des palais, mais pour l'Egypte pas pour lui-même.

Au delà des accusations, M. Aly a appelé les Egyptiens à l'action: profitant de la tenue d'un match de football au Caire vendredi, il les a invités à descendre dans la rue.

Des centaines de personnes ont répondu à l'appel dans plusieurs villes d'Egypte.

"Sissi dégage", ont-ils scandé, un slogan inconcevable il y a peu encore dans l'Egypte ultra-répressive du président Sissi où les manifestations sont interdites.

Les forces de l'ordre ont dispersé les manifestants en utilisant des gaz lacrymogènes. Le lendemain, elles sont aussi intervenues lors d'une manifestation à Suez (est), en tirant avec des balles en caoutchouc, selon une source de sécurité.

Plus de 500 personnes ont été arrêtées depuis vendredi dans le pays, selon le Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux (ECESR), une ONG égyptienne.

Se félicitant de la tournure des événements, Mohamed Aly a ensuite appelé à une "marche du million" vendredi prochain sur toutes "les grandes places" du pays. "C'est une révolution du peuple", a-t-il martelé.

Devant sa caméra, Mohamed Aly apparait généralement en chemise, tirant nerveusement sur sa cigarette, et tournant en dérision M. Sissi et son gouvernement.

- "Pharaon catalan" -

L'édition espagnole de Vanity Fair l'avait décrit en juillet comme un "pharaon catalan", issu d'un milieu modeste au Caire et à l'ambition démesurée.

Sollicitée à plusieurs reprises par l'AFP, la société qui s'occupe de ses relations publiques n'a pas donné suite.

Amlaak Group qui avait son siège dans une villa en banlieue du Caire a quitté les lieux il y a deux ans, a indiqué à l'AFP le propriétaire de cette maison.

Selon un voisin, M. Aly se rendait au travail "avec une voiture différente chaque jour".

Depuis, Amlaak a été enregistrée à Barcelone avec un capital de départ de 1,25 million d'euros, selon des registres commerciaux en ligne.

Récemment, M. Aly a posté une photo d'une Ferrari qu'il avait acquise, affirmant que son ancien propriétaire était le footballeur Lionel Messi.

Le style de vie du flamboyant homme d'affaires a suscité des critiques sur les réseaux sociaux, où des internautes se demandaient quelles étaient, derrière ses critiques, ses véritables motivations.

Dans une apparente tentative pour dénigrer le personnage, le présentateur de télévision pro-Sissi Amr Adib a montré la semaine dernière une vidéo dans laquelle il semblait sous l'emprise de l'alcool.

Depuis que Mohamed Aly a commencé à poster des vidéos, principalement sur Facebook et YouTube, le poids de l'armée dans l'économie du pays a été abondamment débattu sur internet.

Le porte-parole de l'armée a récemment affirmé que les forces armées supervisaient plus de 2.300 projets nationaux, employant quelque cinq millions de civils.

Vos commentaires