Elections au Venezuela - Le Venezuela réplique aux critiques de Macron, pointant la "grave crise sociale" en Europe

Elections au Venezuela - Le Venezuela réplique aux critiques de Macron, pointant la

(Belga) Le Venezuela a appelé mardi Emmanuel Macron à "respecter" sa prochaine élection présidentielle, en réponse aux déclarations du président français estimant que les conditions ne sont pas réunies pour un scrutin "juste, libre et transparent".

"Président @EmmanuelMacron, le 20 mai, des millions de Vénézuéliens éliront démocratiquement le président (...) Nous exigeons le respect des affaires intérieures du Venezuela", a écrit mardi sur Twitter le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza. Il a conseillé au président français de s'attaquer à la "grave crise sociale et à l'immigration" en Europe, au lieu de s'immiscer dans les affaires du Venezuela "afin d'en obtenir un gain personnel pour sa popularité affaiblie". Après s'être entretenu avec l'ancien président de l'Assemblée nationale du Venezuela, Julio Borges, l'ex-maire de Caracas, Antonio Ledezma, et Carlos Vecchio, coordinateur politique du parti Voluntad Popular, M. Macron avait, dans un communiqué publié par la présidence française, "déploré les atteintes répétées à l'Etat de droit et aux droits de l'Homme et rappelé que les conditions d'organisation des élections présidentielles au Venezuela, le 20 mai, ne permettaient pas, en l'état, un scrutin juste, libre et transparent". "La France se tient prête, aux côtés de ses partenaires européens, à adopter de nouvelles mesures si les autorités vénézuéliennes ne permettent pas la tenue d'élections démocratiques", ajoutait le communiqué. Le ministre vénézuélien des Affaires étrangères a par ailleurs ajouté qu'"un président de la France ne devrait pas se subordonner aux desseins guerriers de @realDonaldTrump, et encore moins suivre ses ordres". Le président américain a pris des sanctions contre M. Maduro et plusieurs responsables vénézuéliens pour forcer Caracas à "restaurer la démocratie". L'Union européenne a elle aussi sanctionné sept fonctionnaires vénézuéliens - dont le ministre de l'Intérieur et de la Justice, Nestor Reverol - qu'elle accuse de "graves violations des droits de l'Homme". (Belga)

Vos commentaires