En ce moment
 

Elle inverse le sperme de son mari avec celui de son amant: "Je croyais ma femme, je lui faisais confiance à 100%"

Elle inverse le sperme de son mari avec celui de son amant:
Image d'illustration

Un Russe de 38 ans a attaqué son épouse et une clinique en justice pour une histoire hors du commun.

Maxim Anokhin, un Russe de 38 ans, a attaqué son épouse et une clinique de Moscou en justice. Sa femme a échangé son sperme avec celui de son amant lors d'une fécondation in vitro (FIV). Elle a réussi à faire cette inversion grâce à la complicité du Kulakov Medical Centre, une clinique de Moscou. 

Tout a débuté un an auparavant... Lorsque le couple, qui avait beaucoup de mal à concevoir un enfant, a décidé de faire une FIV. Après avoir donné son échantillon de sperme, le mari a payé pour toute la procédure. Mais Yana le trompait depuis longtemps. Elle préférait tomber enceinte de son amant. La Russe a décidé de duper son époux en s'arrangeant avec la clinique pour inverser les deux échantillons de sperme, explique le Sun. Yana voulait que son enfant soit le fruit de sa relation avec son amant.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Neuf mois plus tard, la femme a donné naissance à un petit garçon prénommé Timosha. Maxim, ignorant que l'enfant n'était pas le sien, a payé pour tous les frais du bébé durant plus d'une année. Mais surtout... Il l'a aimé comme un père aime son fils.

C'est un test ADN qui a tout bouleversé lorsque le couple s'est séparé quelques mois après la naissance du petit garçon. Maxim a tout découvert à ce moment-là. Yana l'avait trompé depuis le début. "J'avais foi en ma femme. Je la croyais et je lui faisais confiance à 100%", a confié Maxim, devant le tribunal. "J'étais choqué, j'étais affligé et je n'arrivais pas à le croire", a ajouté l'homme.

Depuis, Yana vit avec son amant et Maxim a refait sa vie. Mais il a souhaité obtenir justice après ce traumatisme. Le tribunal a condamné le Kulakov Medical Centre. La clinique doit débourser 5 .000 euros de dommages et intérêts à Maxim.

"Je voulais médiatiser cette histoire, de manière à ce qu'à l'avenir, il n'y ait plus d'hommes trompés, de maris trompés comme moi", a expliqué l'homme. Depuis, ce dernier est également devenu père.

Vos commentaires