En ce moment
 

En Arabie saoudite, des innovations informatiques au service du hajj

Carburant à la caféine, aux pizzas et à l'adrénaline, des programmateurs ont planché cette semaine sur des solutions informatiques capables de prévenir les drames qui ont marqué ces dernières années le hajj, le pèlerinage annuel à La Mecque.

C'est la ville de Jeddah sur la mer Rouge qui a accueilli le premier "hackathon" d'Arabie saoudite, un marathon numérique réunissant des développeurs et des investisseurs. Il a été dédié au hajj, prévu pendant la deuxième moitié du mois d'août.

Ce pèlerinage où sont attendus deux millions de fidèles est l'un des cinq piliers de l'islam. Il représente aussi un énorme défi logistique pour les autorités saoudiennes.

Luttant durant 36 heures contre le sommeil, des programmateurs du monde entier se sont penchés sur une question essentielle: comment prévenir à l'avenir les accidents mortels pendant le hajj?

Cinq jeunes femmes saoudiennes, yéménites et érythréennes ont travaillé à la conception d'une application permettant aux ambulanciers d'atteindre rapidement des personnes ayant besoin de soins médicaux, à travers un système de géolocalisation.

Deux Pakistanais se sont associés à des étudiants d'Asie de l'est pour créer une "laisse virtuelle" permettant de localiser des proches perdus dans la marée humaine, grâce à bracelets électroniques.

Quatre Saoudiens ont travaillé à la conception de poubelles à capteurs qui avertissent les éboueurs quand celles-ci sont pleines.

Au total, près de 3.000 programmateurs ont participé à l'évènement, faisant dire aux organisateurs que l'Arabie saoudite a battu le record du nombre de participants à un "hackathon".

"Nous voulons faciliter le hajj aux pèlerins du monde entier", a déclaré Nouf al-Rakan, à la tête de la fédération saoudienne pour la cybersécurité et la programmation, qui a organisé l'événement.

Ce hackathon "nous apportera de nombreuses solutions et idées (...) dans lesquelles nous pourrons investir", a-t-elle déclaré à l'AFP.

- Accidents à répétition -

L'Arabie saoudienne se considère comme le gardien des lieux saints de l'islam --La Mecque et Médine-- et en tire sa légitimité politique.

Mais ce statut lui est contesté par l'Iran, son grand rival chiite qui ne cesse de critiquer la manière dont les Saoudiens gèrent les lieux saints et la répétition de drames mortels.

En septembre 2015, un mouvement de panique a coûté la vie à quelque 2.300 fidèles dont de nombreux Iraniens.

Plus tôt dans le mois, une centaine de personnes avaient été tuées dans la chute d'une grue sur le chantier d'agrandissement de la grande mosquée de La Mecque.

Selon Kristian Ulrichsen, chercheur à l'Institut Baker de l'Université Rice aux États-Unis, les autorités saoudiennes veulent éviter de nouveaux accidents pouvant nuire aux efforts de "modernisation" du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Son plan de réformes comporte un volet prévoyant notamment le développement du tourisme religieux. Le royaume souhaite attirer six millions de pèlerins pendant le hajj et 30 millions durant la Omra, petit pèlerinage qui peut être accompli à n'importe quel moment.

L'année dernière le hajj s'est déroulé sans encombre mais le pèlerinage reste entouré de polémiques. La dispute de l'Arabie saoudite et ses alliés avec le Qatar accusé de se rapprocher de l'Iran et de soutenir le "terrorisme", ce qu'il nie, ajoute à la tension.

Vos commentaires