En ce moment
 
 

Enveloppes scellées, tapis rouge déroulé: Hollywood est paré pour les Oscars

Les enveloppes sont scellées, le tapis rouge déroulé sur Hollywood Boulevard et les statuettes dorées soigneusement astiquées: tout est prêt pour la fameuse soirée des Oscars, qui marquera dimanche la fin d'une saison des prix cinématographiques pleine de surprises.

"Roma", ode à l'enfance mexicaine d'Alfonso Cuaron, sera-t-il le premier film en langue étrangère - et produit par la plateforme de vidéo à la demande Netflix - à remporter l'Oscar du "meilleur film", la récompense suprême ? A 71 ans, Glenn Close recevra-t-elle enfin le premier Oscar d'une longue et brillante carrière ?

Il faudra attendre dimanche à 17H00 heure locale (lundi 01H00 GMT) pour connaître le choix des quelque 7.900 membres de l'Académie des arts et sciences du cinéma appelés à voter. Organisée en plein coeur d'Hollywood, au Dolby Theater, et retransmise en direct par les télévisions du monde entier, la cérémonie se déroulera sans animateur en titre pour la première fois depuis trente ans.

Cette année, les pronostics sont particulièrement périlleux.

Tim Gray, qui suit les prix cinématographiques pour le magazine spécialisé Variety, pense que "Green Book", histoire vraie d'un pianiste classique noir en tournée dans le Sud ségrégationniste dans les années 1960, va l'emporter. "Mais je ne miserais pas d'argent dessus. Avec huit nommés dans la catégorie du meilleur film, chacun a ses partisans acharnés, mais aucun ne fait consensus", analyse-t-il pour l'AFP.

Avec dix nominations chacun, "Roma" et "La Favorite", relecture fantasque du règne de la reine Anne de Grande-Bretagne par le réalisateur grec Yorgos Lanthimos, font certes figure de favoris.

Outre "Green Book" et son remarqué duo d'acteurs, Mahershala Ali et Viggo Mortensen, le film de super-héros "Black Panther", numéro un au box-office mondial l'an dernier, est aussi dans la course, de même que "BlacKkKlansman" du vétéran Spike Lee. Sont également en lice le biopic sur le chanteur du groupe Queen Freddie Mercury, "Bohemian Rhapsody", celui sur l'ancien vice-président de George W. Bush Dick Cheney, "Vice", et "A Star is Born", avec le couple Lady Gaga/Bradley Cooper.

- Rami Malek contre Christian Bale ?-

Dans la catégorie du "meilleur acteur", deux noms se détachent. D'un côté, le Gallois Christian Bale, méconnaissable dans son rôle de Dick Cheney, a récolté un Golden Globe et un Bafta. De l'autre, Rami Malek, dont la performance dans les chemises à paillettes du chanteur de Queen a notamment été saluée par ses pairs avec un Screen Actors Guild Award, a lui aussi gagné un Golden Globe.

"Ils sont dans deux registres totalement différents", déclare à l'AFP Peter Debruge, l'un des principaux critiques de Variety.

"Chez Christian Bale, je vois un numéro d'acteur incroyable. Mais avec Rami Malek, on a un rôle qui a vraiment trouvé son public, et je ne serais pas surpris que le nouveau venu l'emporte", dit-il.

La catégorie de la "meilleure actrice" est peut-être la seule cette année avec une favorite nettement identifiée: Glenn Close, qui a déjà enchaîné les récompenses pour son rôle de femme dans la tourmente avec "The Wife".

Elle trouvera certes sur son chemin Lady Gaga, ou la jeune comédienne amatrice Yalitza Aparicio, personnage principal de "Roma", mais beaucoup d'experts estiment que l'heure est enfin venue de remettre à Glenn Close un "Oscar bien mérité".

"Ce n'est pas son rôle le plus fort, mais c'est l'occasion pour elle d'occuper l'espace dans un petit film, de le porter sur ses épaules pour rappeler à l'industrie (du cinéma) que, parmi les actrices, elle est l'un de nos trésors", souligne Peter Debruge.

- Pas de pilote dans l'avion -

Hormis les gagnants, l'une des principales interrogations des professionnels cette année est: à quoi le "show" va-t-il donc ressembler ? Après la résurgence de vieux tweets jugés homophobes, le comédien Kevin Hart choisi pour animer la soirée a jeté l'éponge et l'Académie a finalement décidé de se passer de maître de cérémonie, une première depuis 1989.

Un pari audacieux, destiné notamment à ramener à trois heures la durée d'un (trop) long spectacle dont l'audience baisse un peu plus chaque année.

"Ils n'ont toujours pas trouvé la réponse à la question en suspens depuis la première retransmission télévisée en 1953: s'agit-il de présenter chaque catégorie ou d'en faire un divertissement?", résume Tim Gray.

Côté divertissement, les organisateurs ont choisi d'ouvrir le show avec deux membres initiaux du groupe Queen, accompagnés au chant par Adam Lambert.

Lady Gaga et Bradley Cooper interpréteront aussi leur titre nommé, "Shallow", et le rappeur Kendrick Lamar défendra "All The Stars", tiré de "Black Panther".

Vos commentaires