En ce moment
 

Espagne: l'ancien chef du contre-espionnage militaire vénézuélien en détention provisoire

(Belga) L'ancien chef du contre-espionnage militaire sous la présidence d'Hugo Chavez a été placé samedi en détention provisoire en Espagne, en attendant l'examen d'une demande d'extradition formulée par les Etats-Unis, a-t-on appris de sources judiciaires.

Hugo Carvajal avait été arrêté vendredi au domicile de son fils à Madrid, à la demande des Etats-Unis, qui l'accusent d'avoir fourni une aide aux activités de trafic de drogue des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, guérilla colombienne aujourd'hui désarmée et transformée désormais en parti politique). Un juge de l'Audience nationale "a décidé le placement en détention provisoire de l'ancien chef des services de contre-espionnage militaire du Venezuela Hugo Carvajal", ont indiqué samedi des sources judiciaires au sein du haut tribunal. Les Etats-Unis doivent désormais "formaliser la demande d'extradition", qui sera étudiée par la justice espagnole. Le procureur américain de Manhattan, Geoffrey Berman, avait expliqué vendredi dans un communiqué que l'interpellation de M. Carvajal était liée à son inculpation, pour avoir importé de la cocaïne aux Etats-Unis, dont un chargement de 5,6 tonnes transportées du Venezuela au Mexique en avril 2006. S'il est extradé vers les Etats-Unis et reconnu coupable, M. Carvajal risque entre dix ans de prison et la réclusion à perpétuité, avait averti le procureur. Devant le juge espagnol, Hugo Carvajal a "nié avoir des liens avec le trafic de drogues et les FARC", selon les sources de l'Audience nationale. Il a refusé d'être remis aux Etats-Unis et a fait valoir qu'il avait désormais des attaches familiales en Espagne. Hugo Carvajal avait quitté le Venezuela il y a un mois, en bateau, effectuant "une traversée de 16 heures pour gagner la République dominicaine, d'où il avait pris un vol commercial vers Madrid", ont indiqué les mêmes sources judiciaires. Récemment, l'ancien directeur des services secrets militaires sous la présidence de Hugo Chavez (1999-2013) s'était mis à dénoncer "la réalité désastreuse" du Venezuela après six ans de présidence de Nicolas Maduro. Le 21 février, Hugo Carvajal avait posté sur son compte Twitter une vidéo dans laquelle il reconnaissait l'opposant Juan Guaido comme président du Venezuela. En réponse, Nicolas Maduro l'avait limogé de l'armée et déchu de son grade de général. M. Carvajal avait en outre été accusé d'"actes de trahison à la patrie". (Belga)

Vos commentaires