En ce moment
 
 

Etats-Unis et Japon signent "la première étape" d'un nouvel accord commercial

(Belga) Les Etats-Unis et le Japon ont signé mercredi à New York la première étape d'un accord commercial centré sur l'agriculture, un signal favorable accompagné d'un répit sur le dossier épineux de automobile.

Assis aux côtés du Premier ministre japonais Shinzo Abe, le président Donald Trump a annoncé la "première étape d'un formidable nouvel accord commercial", lors d'une rencontre en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. "C'est un gros morceau mais dans un avenir plutôt proche, nous devrions aller plus loin", a-t-il ajouté. Le dirigeant japonais a estimé que l'accord, lorsqu'il sera mis en oeuvre, sera "une solution gagnant-gagnant" pour les deux pays. Selon les termes de l'accord, le Japon va diminuer les tarifs douaniers à hauteur de 7 milliards de dollars pour les biens agricoles américains, incluant le boeuf et le porc mais aussi les amandes ou le brocoli tout en réduisant les marges sur les achats de blé et d'orge. En retour, Washington a consenti à baisser les droits de douanes sur les biens agricoles japonais tels que le thé vert et la sauce soja à hauteur de 40 millions et de diminuer les tarifs douaniers sur le boeuf, ce qui va permettre au Japon de gagner des parts de marché sur le marché américain. Pour l'heure, l'accord n'a pas résolu le délicat dossier du secteur automobile. Donald Trump a menacé d'imposer des droits de douane de 25% sur les voitures japonaises, ce qui fragiliserait l'économie de la 3e puissance du monde. Cependant, Shinzo Abe a indiqué plus tard que Donald Trump et lui-même s'étaient mis d'accord pour prolonger la suspension de l'imposition de tarifs douaniers. "Il a été fermement confirmé qu'aucun tarif douanier supplémentaire sera imposé" le temps des négociations, a-t-il dit lors d'une conférence de presse séparée. Dans un accord séparé, les deux parties ont par ailleurs acté l'élimination des droits de douane sur les produits du secteur numérique à l'instar des vidéos, de la musique, des livres. Reste à savoir si les deux parties parviendront à se mettre d'accord et à quelle échéance sur le dossier automobile. Le président républicain, qui brigue un second mandat, s'est donné jusqu'au 17 novembre pour décider d'imposer ou non de nouveaux tarifs douaniers sur l'automobile, non seulement en provenance du Japon mais encore des pays de l'Union européenne. (Belga)

Vos commentaires